CAC 40 : Sans empressement, la Bourse de Paris engrange encore 0,49% sur la semaine

Mots-clefs : , , , ,

Le CAC 40 a grappillé 0,12% vendredi, dans des volumes de plus en plus réduits, après une statistique à la Boucles d’or sur le marché américain de l’emploi.

Après avoir pris 1,53% la semaine précédente, la Bourse de Paris a signé une nouvelle semaine dans le vert mais se contentant cette fois-ci de +0,49%, soit une trentaine de points d’un vendredi à l’autre. Déjà peu animé depuis le début de la semaine (et guère plus à vrai dire au cours de la précédente), le marché parisien s’est figé dans l’attente de la publication du rapport mensuel sur l’emploi américain.

Le Département du Travail a indiqué que l’économie américaine avait créé en mai 559.000 emplois (hors agriculture) au mois de mai. Un chiffre inférieur aux prévisions des analystes, qui tournaient autour de 650.000, mais traduisant néanmoins une progression par rapport aux 278.000 emplois créés en avril (chiffre révisé). En somme, le signe d’un marché de l’emploi calé en position “tiède”, perçu comme une incitation pour la Réserve fédérale à maintenir dans l’immédiat son soutien aux marchés. C’est le fameux scénario Boucles d’or, en référence à la petite fille du conte goûtant successivement les bols des trois ours en leur absence pour se délecter de celui ni trop froid ni trop chaud.

Le CAC 40, qui restait en matinée arrimé à la zone d’équilibre, a ainsi terminé sur un gain modeste de 0,12% à 6.515,66 points, dans un volume encore plus restreint que les jours précédents à 2,3 milliards d’euros.

Du côté du CAC 40, heureusement que Stellantis (+2,9%) était là, signant une septième séance consécutive de hausse, alors que les ambitions du groupe dans le véhicule électrique et autonome continuent de séduire gérants et analystes.

Du côté de l’énergie, les cours pétroliers rejoignaient de nouveaux sommets à 71,63 dollars pour le Brent (+0,45%) et 69,33 dollars pour le WTI (+0,76%) en fin de journée, ce qui profitait aux valeurs du secteur – sauf TotalEnergies qui a cédé 0,5% après trois séances dans le vert. Mais TechnipFMC a avancé de 4,3% et Technip Energies de 5%. Vallourec a rebondi de 8,9% après le lancement de son augmentation de capital.

Au lendemain d’une baisse de 3,3%, Rémy Cointreau a encore lâché 0,9% à la suite de la dégradation des objectifs de Barclays et de Berenberg (inversement Pernod Ricard a terminé légèrement dans le vert).

Ciblé par un projet d’offre publique de son actionnaire de référence Colonial, la Société Foncière Lyonnaise a profité d’une revalorisation de 42,50% à plus de 90 euros. Le groupe espagnol proposerait 46,66 euros et 5 actions Colonial pour 1 action SFL.

Valneva s’est adjugé 3,1% alors que la biotech nantaise, qui avait ouvert le 21 avril la dernière phase des essais sur son vaccin contre le Covid, a annoncé qu’elle avait déjà terminé le recrutement avec plus de 4000 volontaires, grâce au soutien des instituts de recherche britanniques. Les volontaires vont recevoir soit le vaccin de Valneva soit l’AstraZeneca, et les taux d’anticorps seront comparés deux semaines après la dernière injection, donc six semaines au total. Autrement dit, les résultats de l’étude devraient être disponibles d’ici en septembre, avec à la clé l’autorisation d’utilisation et l’important marché déjà conclu avec les autorités britanniques.

Le cours d’Interparfums s’est apprécié de 2,15%, le groupe étant entré en négociations pour obtenir la licence mondiale Salvatore Ferragamo dans le domaine des parfums. Le florentin gérait en direct cette activité jusqu’alors.

Parallèlement sur le marché des changes l’euro remontait de 0,35% à 1,2168 dollar, étant donné le chiffre mensuel moins dynamique que prévu sur l’emploi américain.

Partager cet article