Emmanuel Macron: “Les conditions ne sont pas réunies pour relancer le chantier des retraites”

Mots-clefs : , , , ,

Le chef de l’Etat n’entend pas relancer la réforme des retraites tant que la situation sanitaire demeure fragile. Il entend néanmoins prendre des “décisions claires” en 2022, notamment sur l’âge légal de départ et les régimes spéciaux.

Emmanuel Macron laisse le dossier des retraites en suspens. Ce mardi soir, le chef de l’Etat a renoncé à remettre ce chantier sur la table à court terme, estimant que “les conditions ne sont pas réunies”:

“La situation sanitaire que nous vivons et qui est en train de se dégrader partout en Europe, le souhait unanime exprimé par les organisations syndicales et professionnelles de concentrer les efforts sur la reprise, le besoin de concorde dans ce moment que vit notre nation font que les conditions ne sont pas réunies pour relancer aujourd’hui ce chantier”, a souligné le président.

Report de l’âge légal et suppression des régimes spéciaux

Emmanuel Macron a néanmoins assuré que sa “volonté de sauver notre modèle par répartition et d’en corriger les inégalités n’a pas changé”. Ainsi “dès 2022, il faudra, pour préserver les pensions de nos retraités et la solidarité entre générations prendre des décisions claires qui feront l’objet de débats” a-t-il dit.

Avant d’évoquer la nécessité de “travailler plus longtemps” via “un report de “l’âge légal” de départ, la suppression des “régimes spéciaux”, l’harmonisation des règles entre public et privé et l’instauration d’une pension minimum à 1000 euros. Il a enfin évoqué la possibilité de “partir en retraite progressivement, d’accumuler des droits plus rapidement pour celles et ceux qui le souhaitent” et “d’encourager le travail au-delà de l’âge légal aussi pour celles et ceux qui en ont envie”.

Son projet initial prévoyant l’instauration d’un système de retraites universel par points avait été suspendu début 2020 en raison de la pandémie de Covid-19. En juillet dernier, le président avait déjà indiqué que la réforme des retraites ne serait pas engagée avant “que les conditions sanitaires soient réunies”.

Partager cet article