Wall Street ouvre dans le désordre, les regards tournés vers l’inflation

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

La Bourse de New York a ouvert en ordre dispersé mardi dans un contexte de prudence à la veille de la publication des chiffres de l’inflation aux Etats-Unis et alors que la nouvelle hausse des prix à la production ravive l’aversion au risque.

Dans les premiers échanges, l’indice Dow Jones perd 35,42 points, soit 0,1%, à 36.396,8 points, tandis que le Standard & Poor’s 500, plus large, progresse de 0,12% à 4.707,53 points.

Le Nasdaq Composite prend 0,31%, soit 49,28 points, à 16.031,637.

Les prix à la production aux Etats-Unis ont continué d’augmenter (+0,6%) en octobre, a annoncé mardi le département du Travail alors que les investisseurs prendront connaissance mercredi des chiffres mensuels des prix à la consommation (CPI) dans le pays.

Ces nouvelles statistiques pourraient relancer les spéculations sur le calendrier de la hausse des taux de la Réserve fédérale américaine.

“Je pense que la plupart des investisseurs se rendent compte à présent que l’inflation est en hausse. Elle ne progresse pas aussi vite qu’on le redoutait, mais elle continue d’augmenter”, commente Robert Pavlik, gérant de portefeuille chez Dakota Wealth.

Aux valeurs, General Electric bondit de 6,45% après l’annonce mardi par le groupe de sa scission en trois entreprises cotées, centrées respectivement sur ses activités dans l’aviation, la santé et l’énergie.

Robinhood recule de 3,10% après l’annonce par le groupe d’une faille de sécurité qui a permis l’accès aux donnés de ses utilisateurs.

Le dollar est stable face aux autres grandes devises dans l’attente des statistiques de mercredi, tandis que le rendement des bons du Trésor américain à dix ans recule de 5,6 points de base, à 1,4427%.

Le marché pétrolier poursuit son mouvement haussier, soutenu par des perspectives d’une forte demande dans le contexte de la réouverture des frontières aux Etats-Unis et du plan d’investissement dans les infrastructures de Joe Biden. Le baril de Brent se traite à 84,05 dollars et celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 82,72 dollars .

Partager cet article