La Banque du Canada maintient son taux directeur, l'inflation double en mars

Mots-clefs : , , , , , , ,

La Banque du Canada a annoncé mercredi le maintien de son taux directeur à son niveau plancher de 0,25% et révisé fortement à la hausse ses prévisions de croissance pour l’économie canadienne en 2021.

La banque centrale laisse également entrevoir une hausse de son taux directeur dans la deuxième moitié de 2022, plutôt qu’en 2023 comme elle l’indiquait encore récemment.

L’institut national de la statistique a de son côté annoncé une forte poussée de l’inflation en mars, qui a doublé pour s’établir à 2,2% sur un an.

Ce résultat s’explique principalement par un « effet de glissement annuel » lié à la chute des prix au début de la pandémie, ainsi que par une hausse record du prix des carburants (+35,2% sur un an).

La Banque du Canada souligne dans son communiqué que les perspectives économiques se sont améliorées tant à l’échelle mondiale qu’au Canada. « L’activité a mieux résisté que prévu à la pandémie de Covid-19 et la vaccination avance », indique-t-elle.

La reprise en cours continuera grandement de dépendre de l’évolution de la pandémie et du rythme de la vaccination, estime-t-elle néanmoins.

Au Canada, elle note que la croissance au premier trimestre semble avoir été « nettement plus forte » que ce qu’elle prévoyait en janvier, avec une hausse estimée de 7% du PIB en rythme annualisé.

Pour Benjamin Reitzes, économiste à la Banque de Montréal, la banque centrale vient d’effectuer « un virage radical en l’espace de trois mois, passant d’une attitude extrêmement prudente à une attitude extrêmement optimiste », a-t-il souligné dans une note.

La Banque du Canada souligne que les mesures de relance budgétaire adoptées par le gouvernement fédéral et les provinces contribueront « considérablement » à la croissance, également stimulée par la reprise « robuste » en cours aux Etats-Unis, de loin le premier partenaire commercial du Canada.

« La progression de la vaccination et la réouverture de l’économie devraient entraîner au second semestre de l’année un fort rebond de la consommation », prévoit-elle également.

Par conséquent, l’établissement révise fortement à la hausse sa prévision de croissance de l’économie canadienne en 2021, à 6,5%, contre 4% précédemment.

Dans son budget déposé lundi, le gouvernement canadien table de son côté sur une croissance de 5,8% en 2021.

Pour 2022, la banque centrale anticipe une augmentation du produit intérieur brut de 3,75%, contre 5% précédemment, et de 3,25% en 2023.

Dans ces conditions, la banque centrale annonce enfin une réduction à partir du 26 avril de ses achats d’obligations du gouvernement du Canada pour stimuler l’économie, les ramenant à 3 milliards de dollars canadiens par semaine, contre 4 milliards jusqu’à maintenant, en raison de « la progression de la reprise économique ».

Actualité économique sur moneyvox.fr

Partager cet article