L’Autorité des marchés financiers s’invite chez Casino

Mots-clefs : , , , , ,

Ce n’est pas une perquisition stricto sensu comme dans une enquête pénale. Mais cela y ressemble fortement. Le 16 mai dernier, les enquêteurs de l’Autorité des marchés financiers (AMF) se sont rendus au siège du groupe Casino, dans les bureaux de son PDG Jean-Charles Naouri et de son secrétaire général, Franck-Philippe Georgin. Ils ont également effectué une “visite domiciliaire” à la résidence privée de Jean-Charles Naouri, après avoir obtenu l’autorisation d’un juge des libertés et de la détention. Dans ce cas précis, un officier de police judiciaire doit d’ailleurs assister à l’opération. Ces investigations s’inscrivent dans le cadre des enquêtes déjà ouvertes par l’AMF depuis 2018 sur les titres Casino et Rallye.

Une première enquête avait été initiée dès 2016 à la suite du conflit entre le distributeur et le fonds activiste Muddy Waters Capital, et se terminera en décembre 2019, sans donner lieu à des poursuites, l’AMF se contentant de faire des “observations” aux deux protagonistes. Entre-temps, à la suite de nouvelles attaques, Casino et sa société mère Rallye ont saisi l’AMF, qui a décidé d’ouvrir une seconde enquête en octobre 2018 sur l’information financière et le marché des deux titres. Au cours de cette enquête, l’AMF a été amenée à s’intéresser aux rachats de 750.000 actions, effectués par le groupe lui-même, en mai 2019, dans les jours précédant la mise sous sauvegarde de Rallye, fortement endettée. Elle avait alors procédé à l’audition de Jean-Charles Naouri en janvier 2021.

Contexte particulièrement sensible

Les récentes “visites” des enquêteurs interviennent dans un contexte particulièrement sensible pour le groupe. Trois jours auparavant, Casino avait mandaté cinq banques conseil pour vendre GreenYellow, sa filiale de production d’électricité, spécialisée sur l’installation de panneaux solaires sur les toits des supermarchés et entrepôts. Objectif de l’opération: générer du cash pour alléger la dette et pallier les énormes besoins de trésorerie du groupe, même si Rallye a obtenu, fin 2021, un allongement de deux ans de son plan de sauvegarde. Une fois l’enquête bouclée, il appartiendra au Collège de l’AMF de décider de transmettre ou non le dossier à sa commission des sanctions.

Partager cet article