Le CAC 40 reste prudemment bien orienté avant l’inflation américaine

Mots-clefs : , , ,

Aidé par Carrefour et Vivendi, l’indice vedette du marché parisien repart en quête de nouveaux sommets, bien que l’humeur reste à la prudence avant la publication des chiffres de l’inflation en juillet aux Etats-Unis

Une brève halte, et ça repart? Après avoir temporisé lundi (-0,06%) puis mardi (+0,10%) au terme d’une séquence de cinq hausses consécutives lui ayant permis de se hisser à un nouveau pic annuel, le CAC 40 repart timidement de l’avant (+0,32% à 6.841,90 points vers 12h25), dans un volume de transactions néanmoins toujours très étroit (560 millions d’euros) en ce creux estival. Sans actualité majeure, le marché parisien profite de l’élan donné par le Dow Jones et le S&P mardi à Wall Street, les deux indices ayant atteint un pic historique en réaction à l’adoption d’un plan d’infrastructures à 1.000 milliards de dollars par le Sénat.

L’absence de prise de risque reste palpable alors que “les investisseurs attendent en effet avec une certaine nervosité la publication des chiffres de l’inflation américaine cet après-midi” relève John Plassard, directeur des investissements chez Mirabaud. La publication à 14h30 des prix à la consommation en juillet pourrait de fait avoir une incidence sur la date d’un début de resserrement monétaire de la part de la Fed. Les experts s’attendent à avoir des précisions sur ce point lors du symposium annuel de Jackson Hole qui se tiendra fin août.

Au sein du CAC, la quiétude des investisseurs est à peine troublée par plusieurs actualités sur le front des cessions d’actifs. Carrefour gagne ainsi 2,8% alors qu’il prévoit de mettre en vente dans les prochaines semaines ses activités à Taïwan, évaluées environ 1,6 milliard d’euros, quand Vivendi prend 1,4% après avoir bouclé la vente de 7,1% d’Universal Music Group au fonds dirigé par le financier américain Bill Ackman pour 2,4 milliards d’euros, donc sur la base d’une valorisation de 35 milliards d’euros pour le label musical. La part de Pershing Square Holdings pourrait en outre grimper à 10% d’ici au 9 septembre.

Sur le reste de la cote, Claranova gagne 6,5% vers 13% après avoir annoncé une levée de 65 millions d’euros auprès de deux fonds d’investissements en vue de racheter les intérêts minoritaires de son pôle d’édition de logiciels, Avanquest – le plus rentable du groupe.

Au rayon énergétique, les cours pétroliers rechutent en réaction à des informations de CNBC selon lesquelles la Maison Blanche s’apprête à demander à l’Opep+ d’augmenter la production afin de lutter contre la hausse des prix à la pompe, sur fond de craintes que l’inflation ne fasse dérailler la reprise économique. Le baril de Brent retombe ainsi sous les 70 dollars à la mi-journée (-1,25% à 69,7 dollars) et le baril de WTI recule de 1,33% à 67,82 dollars peu après 13h. Sur le Forex, le dollar suit la hausse des rendements des Treasuries et s’échange au plus haut depuis mars face à un panier de devises de référence. La monnaie unique cède encore 0,07% à 1,1712 dollar.

Partager cet article