Vous n’êtes pas les seules à vous poser des questions sur l’alimentation de votre Livret d’épargne populaire. Ce compte réglementé, longtemps délaissé, est redevenu hyper attractif depuis que son rendement est passé à 4,6% en août dernier. Et ce n’est fini : il devrait franchir la barre des 6% début 2023.

Malheureusement, il est absent du catalogue des banques en ligne et autres néobanques (à l’exception notable de Hello Bank). Lorsqu’ils sont éligibles au LEP, les clients de ces dernières n’ont donc d’autre choix que d’aller voir ailleurs. A l’inverse, un usager qui souhaite migrer vers une banque en ligne pour économiser sur les frais bancaires doit laisser son LEP dans son ancienne banque.

Pas d’obstacles… en théorie

Cette question de l’alimentation est d’autant plus épineuse que depuis 2018, et à la demande des pouvoirs publics, les banques ont durci les règles encadrant les virements entrant et sortant des livrets d’épargne. Elles appliquent désormais, de façon plus stricte qu’auparavant, les dispositions inscrites dans un texte réglementaire datant de… 1969 (1). Ce changement a notamment eu pour conséquence d’empêcher les grands-parents d’approvisionner directement les comptes épargne de leurs petits-enfants : l’argent doit désormais transiter par un compte courant ouvert au nom de ces derniers.

Le texte de 1969, toutefois, n’interdit pas d’alimenter un livret depuis un compte courant ouvert dans une autre banque, et vice versa, à 2 conditions :

  • que les deux comptes aient le même titulaire ;
  • que l’opération soit un virement immédiat, et pas un virement permanent.

Seule banque, parmi les grandes marque de détail, à avoir répondu à nos questions sur le sujet, La Banque Postale nous confirme qu’elle autorise les virements entre « ses » LEP et les comptes courants détenus par le titulaire dans d’autres banques. L’inverse est également possible (d’un compte courant extérieur vers le LEP La Banque Postale) mais avec une réserve de taille : « Comme le virement part d’une autre banque, cela dépend des règles de celle-ci et non des nôtres. » Or toutes les banques ne semblent pas aussi ouvertes que La Banque Postale sur le sujet.

Cacher l’IBAN, un levier pour les banques

Rien n’empêche, en effet, une banque d’appliquer des règles plus strictes que ce que lui demande la réglementation. Comme vous en avez fait l’expérience, un des leviers qu’elles utilisent est de compliquer, voire d’interdire, l’accès au RIB, ou plus précisément à l’IBAN, du LEP. C’est le cas du Crédit Mutuel, si l’on en croit votre expérience, Catherine. Mais pas de La Banque Postale, par exemple, qui nous a confirmé qu’elle fournissait à ses clients l’IBAN de leur LEP.

Si vous le souhaitez, vous pouvez assez facilement reconstituer l’IBAN de votre LEP. Il n’est, en effet, qu’une extension du numéro de compte qui figure nécessairement sur vos relevés de compte. Sur son site web, Capital Koala vous explique comment faire.

Il n’est pas certain, toutefois, que cela règle votre problème. L’autre solution, Catherine, est de tenter de négocier avec le Crédit Mutuel le maintien d’un compte courant « technique » sans frais, uniquement dédié à l’alimentation de votre LEP.

(1) Décision de caractère général n° 69-02 du 8 mai 1969 du Conseil national du crédit relative aux conditions de réception des fonds par les banques