Wall Street poursuit son rebond

Mots-clefs : , , ,

Les futures sur le Dow évoluaient sans direction réelle pendant la nuit, fluctuant entre 14 890 et 14 940 points et ce jusqu’à 13h30. Entre 13h45 et l’ouverture du marché américain ils gagnaient du terrain. Les indices, eux, poursuivaient la direction des contrats à terme dès le début de cotation. Après avoir culminé à 15 075 points vers 16h30, le Dow et les autres indices sont entrés dans un trading range, évoluant proches de leurs sommets de la séance. Au final, le Dow Jones a clôturé en hausse de 114,43 points ou 0,77% à 15 024,57 points. Parmi les plus grands gagnants de l’indice figurent Hewlett-Packard (+3,17%), Boeing (+2,4%) et UnitedHealth (+2,02%). Les seuls perdants ont été Johnson&Johnson (-0,32%) et Coca-Cola (-0,17%). 

Le S&P500 a grimpé de 9,94 points ou 0,62% à 1 613,20 points. Le Nasdaq a bondi de 25,64 points ou 0,76% à 3 401,86 points. Le Russell 2 000 a avancé de 1,71%.

Ce jeudi les indices ont été soutenus par l’actualité macroéconomique encourageante aux États-Unis et par les propos de plusieurs responsables de la Fed. D’un côté les investisseurs ont été rassurés par une baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage et par une hausse importante de promesses de ventes immobilières en mai. De l’autre côté, William Dudley, le président de la Fed de New York, a déclaré que les rachats d’actifs de la Réserve Fédérale pourraient être plus agressifs que dans le calendrier dévoilé par Ben Bernanke la semaine dernière si la croissance économique américaine et le marché du travail s’avéraient plus faibles que prévu. William Dudley a souligné que le calendrier pour réduire le rythme de rachats d’actifs ne dépendait pas de dates précises mais des perspectives économiques qui restent assez floues. Dennis Lockhart, le président de la Fed d’Atlanta, a également indiqué lors de son discours ce jeudi qu’il n’y a pas de rythme de ralentissement « prédéterminé » de QE et que la date d’arrêt de ce programme n’est pas fixée. «Le rythme de rachats, leur composition et la taille du bilan de la Fed dépendent d’évolution des conditions économiques», a-t-il déclaré. Par ailleurs, un des gouverneurs de la Fed, Jerome Powell, a déclaré que le marché a sur-réagi aux remarques de Ben Bernanke sur le ralentissement de rythme de rachats.

Dans ce contexte les investisseurs se sont enfin sentis rassurés. Les obligations d’état américain ont progressé ce jeudi, tirées vers le haut par les anticipations de la poursuite de QE. Les matières premières ont terminé en ordre dispersé. Tandis que le prix du pétrole a bondi, celui du gaz naturel a fortement reculé suite à l’annonce d’une hausse de réserves de gaz naturel aux États-Unis la semaine dernière. L’or et l’argent ont continué à céder du terrain alors que le platine et le palladium ont avancé. Le cuivre a grimpé, soutenu par la publication des bénéfices des entreprises industrielles chinoises. Les principales entreprises industrielles du pays, celles dont les revenus annuels dépassent 20 millions de yuans ($ 3,22 millions), ont vu leurs bénéfices en hausse de 15,5% en glissement annuel en mai, selon le Bureau d’État des statistiques, après une croissance de 9,3% en avril. Sur le marché d’actions, tous les secteurs ont terminé dans le vert, menés par le secteur financier, celui des télécoms et celui d’industriels.

Les statistiques du jour

Selon le département américain du Travail, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé de 9 000 en données CVS la semaine dernière à 346 000 alors que les analystes tablaient sur 345 000.

Les dépenses personnelles des ménages américains au mois de mai 2013 sont ressorties en progression de 0,3% par rapport au mois précédent contre les attentes d’une hausse de 0,4%. Les revenus des ménages ont crû de 0,5% contre le consensus de +0,2%.

Les promesses de ventes immobilières ont augmenté de 6,7% en mai, selon l’Association nationale des agents immobiliers (NAR) tandis que les analystes misaient sur une hausse de 1%. Ainsi, l’indice des promesses de vente s’est établi à 112,3 points, au plus haut depuis décembre 2006. Le chiffre du mois d’avril a été révisé en baisse à -0,5% contre +0,3% initialement estimé.

L’actualité des entreprises

Apple a reculé de 1,08% ce jeudi car Susquehanna a abaissé son objectif de cours sur le titre de $ 480 à $ 440, maintenant sa vision neutre sur le titre.

KB Home a fléchi de 0,96% après l’annonce de ses résultats trimestriels. La perte par action du promoteur immobilier est ressortie à $ 0,04 contre le consensus de -$ 0,07 et après -$ 0,31 il y a un an. Son chiffre d’affaires s’est envolé de 73% en glissement annuel à $ 524,4 millions alors que les analystes l’estimaient à $ 450,8 millions. Le nombre de livraisons de maisons a été de 1 797 au cours du trimestre écoulé, en hausse de 39% en glissement annuel. Le prix moyen de vente d’une maison a progressé de 25% sur un an à $ 290 400.

Bed Bath&Beyond a gagné 0,21% suite à la publication de ses résultats trimestriels mercredi soir après la clôture du marché. Le bénéfice par action du groupe s’est élevé à $ 0,93 contre les attentes de $ 1,14 et $ 0,89 il y a un an. Son chiffre d’affaires a augmenté de 18% en glissement annuel à $ 2,61 milliards tandis que les analystes tablaient sur $ 2,81 milliards. Pour le trimestre en cours BBBY anticipe que son BPA sera compris entre $ 1,11 et $ 1,16.

Dish Network a progressé de 3,08% ce jeudi. Le groupe a annoncé le retrait de son OPA de $ 6,5 milliards sur Clearwire (-2,06%), laissant ainsi que le champ ouvert à Sprint Nextel (+0,14%), qui sera, à son tour, acheté par Softbank, le groupe japonais. 

ConAgra (+5,07%) a affiché une belle hausse aujourd’hui après avoir dévoilé ses résultats trimestriels. Le bénéfice ajusté par action du groupe alimentaire est ressorti à $ 0,60 contre le consensus de $ 0,59 et $ 0,51 il y a un an. Son BPA net a été de $ 0,45 contre une perte de $ 0,21 par action il y a un an. Son chiffre d’affaires a bondi de 33,7% en glissement annuel à $ 4,59 milliards alors que les analystes prévoyaient $ 4,6 milliards.

Air Products and Chemicals s’est replié de 2,76% car Bank of America a dégradé sa vision sur le titre du spécialiste des gaz industriels et médicaux, le trouvant désormais sous-performant, avec un objectif de cours de $ 90.

Mosaic Co (-2,02%) a poursuivi sa descente ce jeudi. Mercredi le groupe avait annoncé que les héritiers de la famille Cargill, actionnaires majoritaires de Mosaic, bloquent la mise en œuvre du programme de rachat d’actions pour $ 7,2 milliards. Selon Bloomberg Businessweek, Mosaic, un spin-off de Cargill, était en négociations avec les membres de la famille Cargill. Certains membres de la famille auraient approuvé ce programme, mais certains ont refusé de le faire avant le 26 novembre. La famille Cargill s’est retrouvée avec des millions d’actions de Mosaic suite à sa scission et la restriction de vente de ces titres expire le 26 novembre. Dans ce contexte, Citigroup a dégradé sa recommandation sur le titre, ne conseillant plus de l’acheter.

Demain

15h45 : Indice PMI de Chicago

15h55 : Indice du sentiment de consommateurs


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article