CAC 40 : Le marché parisien efface ses gains de la semaine passée, affecté par les craintes liées au variant Delta

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le baromètre du marché parisien lâche près de 1% en cette première séance de la semaine, sur fond de nouvelles restrictions imposées par certains pays face à la recrudescence de cas de Covid, alors que les questions des investisseurs subsistent vis-à-vis de l’inflation.

Après avoir signé une nouvelle performance hebdomadaire positive (+0,82%) au cours de la semaine écoulée, ramenant l’indice vedette du marché parisien à proximité de son pic annuel, ce dernier démarre la dernière semaine du mois de juin du mauvais pied, lâchant 0,98% en clôture à 6.558,0 points, son plus bas de la séance. En plein creux estival à trois semaines du lancement de la saison des publications semestrielles, et avec pour point d’orgue le rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis qui sera publié vendredi, le CAC a clairement manqué de force ce lundi, comme en attestent le volume de transactions resserré à 2,9 milliards d’euros.

“Après une semaine tournée vers les interventions des membres de la Fed, les investisseurs se focaliseront sur le marché du pétrole avec l’Opep+ jeudi, sur les nombreuses statistiques attendues, mais également sur la hausse du nombre de nouvelles infections au variant Delta”, estime Vincent Boy, analyste marché chez IG France. La recrudescence de cas dans plusieurs pays asiatiques ainsi qu’en Australie a de fait conduit les gouvernements locaux à imposer de nouvelles restrictions, avec notamment un reconfinement de deux semaines à Sydney.

La prudence des investisseurs s’explique aussi par le fait que les marchés mondiaux évoluent tout près de leurs récents plus hauts à deux jours de la fin du premier semestre, grâce à de solides performances à deux chiffres depuis le 1er janvier – le CAC 40 affichait d’ailleurs la toute meilleure performance des principaux indices mondiaux avec une performance de +19,3% à la clôture de vendredi.

Par ailleurs, “les craintes autour de l’inflation continuent de hanter le marché”, juge Sophie Griffiths, analyste chez Oanda. Alors que la Fed (Fed) répète à l’envi (14 responsables ont pris la parole la semaine dernière) que l’accélération de la hausse sera transitoire, une partie des investisseurs n’exclut pas la possibilité d’une inflation plus élevée sur la durée. En zone euro, Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a également réaffirmé ce lundi qu’il était trop tôt pour envisager de restreindre les soutiens monétaires, car la région ne semble “pas être sur la voie d’une surchauffe de l’économie”.

En fin de matinée à New York, les indices évoluent en ordre dispersé, le Dow Jones cédant 0,5% quand le Nasdaq repart de l’avant (+0,7%), aidé par les nouvelles progressions des poids lourds de la cote, GAFAM en tête.

Les valeurs liées au tourisme à la peine

En l’absence d’actualité propre aux entreprises, la cote est encore animée par des changements de recommandations, dont tirent parti Danone (+2,2%) et Michelin (+0,4%) au sein du CAC, contrairement à URW (-4,9%) qui subit un changement de conseil de Société Générale. Le compartiment aéronautique a également souffert (-4,5% pour Safran, -2,9% pour Airbus), tandis qu’ArcelorMittal a subi quelques prises de bénéfices (-2,6%) après son récent rallye.

Sur le reste de la cote, les valeurs liées au tourisme pâtissent de la prudence des opérateurs, ADP et Air FranceKLM cédant 3,4% respectivement 5,% et 4,1%. Accor lâche 3,2% de son côté

Solutions 30 a trouvé un nouvel auditeur

Solutions 30 reprend 7,5% après avoir annoncé le choix de son nouvel auditeur (le cabinet PKF Audit & Conseil Luxembourg) en remplacement du cabinet EY qui avait refusé de formuler une opinion sur ses comptes. Celui-ci doit toutefois encore être approuvé en assemblée générale.

Le resserrement de son équipe de direction réveille le cours du spécialiste des systèmes de conduite pour les véhicules autonomes Navya (+6%), tandis que Compagnie des Alpes lâche près de 10% après avoir bouclé son augmentation de capital de 230 millions d’euros avec une forte décote.

Inchangés ou presque dans la matinée, les cours pétroliers refluent aussi après les sommets depuis octobre 2018 touchés la semaine dernière. Peu après 18h, le baril de Brent cède 1,41% à 74,32 dollars, tandis que celui de WTI recule de 1,22% à 73,15 dollars. Sur le marché des changes, la parité eurodollar est stable à 1,1937 dollar.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article