Carte bancaire : devez-vous vraiment la signer ?

Mots-clefs : , ,

Si la signature de la carte bancaire est encore aujourd’hui obligatoire car étant un élément de sécurité, la vérification est dans les faits beaucoup plus rare.

À chaque nouvelle carte bancaire, le même rituel. Au dos, une bande vous invite à poser votre signature sous la mention « signature du titulaire obligatoire ». Mais que risquez-vous si vous laissez cette partie vierge ?

Une obligation peu contrôlée

Chez LCL par exemple, les conditions d’utilisation fournies avec la carte bancaire indiquent que « la carte est rigoureusement personnelle, son titulaire devant, dès réception, y apposer obligatoirement sa signature dès lors qu’un espace prévu à cet effet existe sur le support de la carte. » Dans les faits cependant, les risques de ne pas pouvoir retirer à un distributeur ou payer avec votre carte non-signée sont quasi nuls. « La signature est quelque chose qui est devenue un peu obsolète, confirme Thierry Prod’homme, directeur de l’agence LCL de Sainte-Luce-sur-Loire (Loire-Atlantique). Il y a aujourd’hui différentes procédures pour vérifier que vous êtes le détenteur, comme le code à quatre chiffres. » Dans la vie de tous les jours, la signature est donc un peu oubliée. D’autant que les pratiques évoluent, à l’image du paiement mobile, qui permet de régler sans forcément avoir sa carte bancaire sur soi.

Mais la réglementation prévoit que pour les achats d’une valeur supérieure à 1 500 euros, la signature du ticket de caisse par le client est obligatoire. Dans ce cas, le vendeur devrait normalement vérifier que la signature sur votre carte bancaire correspond bien à celle sur la facture. Dans le cas contraire, il est en droit de refuser le paiement, mais il peut aussi appeler votre banque pour confirmer que vous êtes le détenteur de la carte. « Aujourd’hui, c’est souvent une pièce d’identité qui est demandée, pour vérifier que vous êtes bien le détenteur de la carte », estime Thierry Prod’homme.

Une mesure de sécurité

Alors, obsolète la signature ? Pas tout à fait. Dans certains pays étrangers où le paiement se fait par la bande magnétique et non par la puce de la carte, il vous sera demandé de signer la facturette ou le reçu. Dans ce cas, le commerçant peut vérifier que la signature sur le ticket et celle sur la carte sont similaires. « Si l’emplacement réservé à la signature est vide, votre transaction pourra être refusée », expliquer Floa Bank (ex Banque Casino).

En France, Avem, qui se présente comme le leader des prestations monétiques pour les banques et les enseignes, explique sur son site : « Si la majorité des transactions nécessitent la saisie du code confidentiel (hors paiement sans contact), certaines transactions demandent (à la place ou en complément) la signature du ticket CB commerçant par le porteur de la carte. Il est primordial que cette signature soit apposée sur votre ticket et de comparer la signature avec celle de la carte bancaire. » Certains commerçants peuvent donc encore demander à vérifier.

La préfecture de police rappelle de son côté qu’une signature permet de lutter contre la fraude. Une carte non-signée peut en effet être plus facilement utilisable par un voleur qui pourrait alors lui-même apposer sa propre signature. Obligatoire, car inscrite dans les conditions d’utilisation, la signature de sa carte bancaire est en plus un élément de sécurité. Munissez-vous donc d’un stylo à la réception d’une nouvelle carte : cela pourra, peut-être, vous éviter une déconvenue.

Partager cet article