L’Espagnol EDPR et le Français Lhyfe concluent un accord dans l’hydrogène renouvelable

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , ,

EDP Renewables (EDPR) et le Lhyfe vont “identifier, développer, construire et gérer conjointement des projets de production d’hydrogène renouvelable”, indique un communiqué commun.

Cette annonce arrive après une augmentation en capital de l’entreprise française – à laquelle EDPR a souscrit à hauteur de 25 M€ -, dans le cadre de son introduction en Bourse sur le marché réglementé d’Euronext Paris depuis lundi 23 mai 2022. EDPR est également coté sur Euronext.

Le rapprochement industriel va permettre à EDPR de fournir de l’électricité renouvelable aux projets de production d’hydrogène de Lhyfe. Mais pas seulement. Les deux partenaires vont identifier des opportunités de co-développement de projets. “La participation d’EDPR pouvant atteindre jusqu’à 50% du capital”, précise le communiqué. L’Espagnol et le Français mèneront également de front leurs activités de Recherche et Développement (R&D) et mettront en commun l’acquisition d’équipements.

Une plus grande expertise opérationnelle et commerciale

“Cet accord vise à créer de la valeur en tirant parti de la complémentarité des compétences et des capacités des deux entreprises, afin de stimuler la croissance du portefeuille d’EDPR, notamment en France, et de contribuer au développement des projets de Lhyfe dans le monde entier. Il contribue à l’acquisition d’une plus grande expertise opérationnelle et commerciale dans les projets d’hydrogène renouvelable”, indiquent les deux entreprises.

Miguel Stilwell d’Andrade, Pdg d’EDP et d’EDP Renewables, s’affirme “convaincu que l’hydrogène renouvelable peut compléter l’électrification directe, qu’il s’agit du meilleur moyen de réduire les émissions de CO2 et de réussir à décarboner l’économie, y compris dans les secteurs difficiles à électrifier.” EDPR envisage de déployer 1,5 gigawatts (GW) de capacité de production d’hydrogène vert d’ici à 2030. Il a créé le H2 Business Unit (H2BU) dans le but de mener des projets d’hydrogène renouvelable notamment dans les secteurs prometteurs que sont la sidérurgie, la chimie, les raffineries, les cimenteries ainsi que le transport lourd sur longue distance. L’entreprise travaille sur un projet dans ce domaine d’une capacité de 100 MW à Sines au Portugal.

Pour Matthieu Guesné, “la confiance que nous accorde EDPR nous permet d’envisager sereinement le développement de notre hydrogène renouvelable dans le monde entier et à grande échelle.” Fondateur et Pdg de Lhyfe, il s’avoue “impatient de développer (ses) futurs sites de production à leur côté, et de décarboner immédiatement les usages de mobilité et industrie locaux, grâce à la mutualisation de nos forces.” Disposant d’un portefeuille de plus de 4,8 GW de capacité totale installée dans quatre-vingt treize projets en cours en Europe (dont 20 en stade avancé pour 380,5 MW), Lhyfe ambitionne 200 MW d’ici à 2026 et 3 GW d’ici à 2030.

Créé en 2017 à Nantes, le Français a inauguré la première usine industrielle au monde directement connectée à un parc éolien et à une alimentation en eau de mer en septembre 2021 en Vendée.

Partager cet article