SANOFI : En rachetant Translate Bio, Sanofi préempte les succès potentiels de l’ARN messager

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le développement à grande échelle de la technologie ARNm pour lutter contre le Covid a donné une nouvelle dimension au partenariat conclu dès 2018 entre le laboratoire français et la biotech américaine. Au point que Sanofi préfère mettre sans plus tarder la main sur Translate Bio, pour un prix somme toute attrayant.

Avec une offre de rachat valorisant Translate Bio près de 3,2 milliards de dollars, Sanofi met le paquet pour s’assurer le contrôle d’une plate-forme prometteuse, mais encore peu éprouvée cliniquement puisque la biotech étasunienne n’a encore bouclé aucune étude à ce jour. Pour autant, le pari financier n’est pas démesuré alors que le succès du déploiement des premiers vaccins à ARN messager (par Pfizer/BioNTech et Moderna) démontre l’intérêt considérable de cette technologie, consistant à faire produire par l’organisme lui-même les protéines thérapeutiques dans une gamme étendue d’indications possibles.

Translate Bio est un acteur né récemment, mais issu de travaux menés depuis une décennie dans la division de thérapies géniques de Shire (laboratoire américano-irlandais racheté ensuite par Takeda pour 62 milliards de dollars), repris par une équipe indépendante en 2016. La caractéristique de sa plate-forme, baptisée MRT, est à la fois sa capacité à programmer l’ARN messager pour fabriquer des protéines fonctionnelles, mais aussi à cibler précisément les organes d’intérêt : par exemple avec de premiers produits visant les maladies respiratoires graves, telles que la mucoviscidose, et administrés par inhalation.

En juin 2018, juste avant son introduction, Translate Bio a su convaincre Sanofi de signer un accord de collaboration et de licence exclusif dans le domaine des vaccins à ARN messager pour la prévention des maladies infectieuses, pour un montant susceptible d’atteindre 805 millions de dollars (en cas de réussite complète). Après le déclenchement de la pandémie de coronavirus, le périmètre de l’accord a été encore élargi et le montant des versements potentiels porté à 1,9 milliard de dollars – hors redevances sur les ventes éventuelles. Deux essais cliniques de vaccins à ARNm sont en cours dans ce cadre : un essai (phase 1/2) d’un vaccin contre la Covid-19, dont les résultats sont attendus dès le troisième trimestre, et un essai de vaccin contre la grippe saisonnière, dont les résultats sont prévus au quatrième trimestre.

Visant à accélérer l’application de la technologie de l’ARN messager au développement d’agents thérapeutiques et de vaccins, Sanofi a finalement conclu un accord pour racheter purement et simplement Translate Bio au prix de 38 dollars par action, soit une prime de 56% par rapport au cours moyen des 60 dernières séance (mais de moins de 3% par rapport au plus haut historique touché la semaine dernière). Cette offre, approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration des deux parties, valorise la totalité du capital de la biotech à 3,2 milliards de dollars environ. Soit moins d’un semestre de génération de trésorerie pour Sanofi (le free cash-flow du groupe français a atteint 3,353 milliards d’euros au premier semestre, soit pratiquement 4 milliards de dollars). Le débours réel sera moindre encore puisque Sanofi détient déjà une part minoritaire.

“Une plateforme en pleine propriété nous permettra d’exploiter toutes les possibilités offertes par l’ARNm – un domaine qui connait une évolution très rapide. Nous serons également en mesure d’accélérer la conduite des programmes de développement que nous menons actuellement en partenariat. Notre objectif est de libérer le potentiel de l’ARNm dans d’autres domaines stratégiques, comme l’immunologie, l’oncologie et les maladies rares, en plus des vaccins”, a expliqué Paul Hudson, le directeur général.

L’acquisition de Translate Bio par Sanofi est donc “une suite logique d’une volonté d’investir dans l’ARNm”, observent les analystes d’Oddo BHF. Ce choix “vient confirmer les propos de Paul Hudson à son arrivée [à la direction générale en septembre 2019 NDLR ]: Sanofi souhaite avoir les droits complets des actifs à potentiels”, rappelle le bureau d’études, qui mise sur une surperformance du labo tricolore en vue d’un objectif de 108 euros.

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SANOFI en temps réel :


Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article