CAC 40 : Après une nouvelle semaine de progression, le CAC 40 affiche 25% de hausse depuis janvier

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – À un mois et demi de la clôture annuelle, la Bourse de Paris affiche une santé insolente. Grâce à un gain de 0,65% vendredi, l’indice a engrangé une hausse hebdomadaire de 0,84%. Au terme de cette quatrième semaine consécutive dans le vert, le CAC 40 évolue au plus haut depuis juillet 2007.

La progression s’est effectuée à petit pas, avec des amplitudes de fluctuation dans un sens ou dans l’autre relativement réduites, mais l’indice phare a bel et bien enregistré sa quatrième progression hebdomadaire d’affilée (cette séquence s’est déjà plusieurs fois produites cette année décidément très porteuse, qui a même vu un enchaînement de cinq semaines positives en août-septembre). Une accélération de +0,65% vendredi, à 5.939,27 points, porte le gain sur la semaine écoulée à 0,84%.

Les volumes d’échanges quotidiens, compris entre 2,2 milliards lundi (où la Bourse est restée ouverte malgré le 11 Novembre) et 3 milliards vendredi, amènent toutefois un bémol puisqu’ils restent relativement peu étoffés.

Autrement dit, même si l’espoir demeure de voir la Chine et les Etats-Unis enfin conclure quelque chose -peu important la portée de l’accord à ce stade, les investisseurs se contenteraient même d’un geste de concorde symbolique- il n’y a pas non plus de précipitation à l’achat. Rappelons que la barre de 5900 points atteinte cette semaine représente pour le CAC 40 un plus haut niveau depuis l’été 2007. L’indice affiche un gain de près de 25% depuis le début de l’année. S’il conserve cette avance jusqu’à fin décembre, il signerait sa plus forte hausse annuelle depuis… 1999.

Saint-Gobain et Sanofi en forme

Comme les négociations semblaient quelque peu bloquer ces derniers jours, le conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow a affirmé jeudi soir qu’un accord avec la Chine était désormais tout proche. De l’autre côté, la Chine a procédé à la levée de l’embargo sur la volaille en provenance des USA, en vigueur depuis 2015, ce qui a été perçu comme un nouveau signe de bonne volonté. En dehors de ce petit jeu, où les parties alternent cajoleries et menaces, et qui dure tout de même depuis quelques mois, l’actualité est restée plutôt calme à Paris en fin de semaine, en dehors de quelques publications.

Sans logique sectorielle particulière, Saint-Gobain (plutôt cyclique) et Sanofi (plutôt défensif) ont emmené le peloton du CAC 40, avec respectivement +2,15% et +1,7% vendredi. Accor s’est adjugé 1,66%, le fonds CIAM (déjà au capital) ayant jugé que l’hôtelier était sous-évalué en Bourse et ferait “une bonne cible”.

Vers une filialisation des antennes mobiles d’Orange

Orange (+1,4%) a aussi été recherché alors que l’opérateur, selon le Financial Times, planche sur la filialisation de ses infrastructures de tours télécoms, qui pourrait être le préalable à une ouverture du capital à d’autres investisseurs. La journée investisseur du 4 décembre devrait être l’occasion d’en dire plus.

Le projet d’Eurazeo de céder sa participation dans Europcar Mobility Group profite au loueur automobile, qui a repris 2,75%. La société d’investissement a elle pris +1,2%.

À l’opposé, Vallourec a flanché de 7,3%. Après un parcours canon (+22% depuis le 1er novembre), le titre a subi des prises de bénéfices dans la foulée de ses résultats trimestriels, marqués par un ralentissement de la croissance avec notamment un repli de l’activité pétrole et gaz en Amérique du nord – pas non plus inattendu dans le contexte de ralentissement des forages de pétrole de schiste.

Le pétrole remonte

En rouge pendant une bonne partie de la journée, Renault a fini par reprendre 0,5%, mettant fin à une séquence de cinq séances consécutives de fort repli, pénalisé notamment par l’avertissement de Nissan. Le titre Renault évolue au niveau d’un plus bas depuis février 2013 actuellement… C’est finalement Sodexo qui a fermé la marche (-1,2%) au sein de l’indice phare, sans actualité précise là non plus.

Au chapitre pétrolier, le cours du pétrole texan WTI gagnait 0,63% à 57,13 dollars en fin de séance européenne, tandis que le Brent européen avançait de 0,61% à 66,66 dollars, limitant ainsi le repli hebdomadaire de l’or noir.

Sur le marché des changes, l’euro accélérait de 0,27% à 1,1050 dollar, son meilleur niveau sur les huit derniers jours.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article