CAC 40 : Une cinquième séance de hausse d'affilée amène le CAC 40 en vue des 5000 points

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – La Bourse de Paris a encore grimpé de 1,24% jeudi, les investisseurs maintenant une lecture positive du (probable) résultat des élections américaines.

Bercé par une douce euphorie, le CAC 40 enchaîne les séances dans le vert – la cinquième d’affilée ce jeudi. L’échantillon principal de la cote parisienne s’est encore adjugé 1,24% à 4.983,99 points, ce qui constitue un plus haut en clôture depuis le 17 septembre, quand l’indice évoluait en fin de semaine dernière à un plus bas depuis fin mai dernier ! Alors que l’issue des élections américaines du 3 novembre émerge peu à peu, avec une probable victoire de Joe Biden et, plus important potentiellement en regard des déterminants de la politique économique, une cohabitation de deux principaux partis au Congrès, les investisseurs boivent du petit-lait.

Alors que Joe Biden semble avoir fait un pas décisif vers la Maison Blanche en reprenant le Wisconsin et le Michigan à Donald Trump, en plus de l’Arizona -une seule victoire dans le Nevada, la Géorgie ou la Pennsylvanie lui suffit désormais pour atteindre le seuil des 270 grands électeurs- le Sénat devrait rester à majorité républicaine après la réélection de plusieurs d’entre eux. Et cette hypothèse d’une Chambre des représentants démocrate et d’un Sénat républicain apparaît finalement comme un compromis idéal pour les marchés.

Un marché myope ?

Même à la Maison-Blanche, Joe Biden aura du mal à mettre en place une partie de son programme. “Il sera probablement incapable de s’attaquer au pouvoir des grandes entreprises technologiques ou d’augmenter l’impôt sur les sociétés” estime David Madden, analyste de CMC Markets, expliquant en partie l’humeur positive des marchés, ce que relèvent également mot pour mot les analystes de Nomura.

À moyen terme toutefois, “une nouvelle paralysie du Congrès n’est pas une bonne nouvelle” notamment en vue de la conclusion d’un accord sur un vaste plan de relance, négocié depuis l’été, nuance Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BCG. Chef économiste d’Axa, Gilles Moëc s’inquiète aussi et juge qu’il sera “extrêmement difficile de compter sur un stimulus avant la mise en place d’une nouvelle administration”, en janvier donc. “Et même si on peut imaginer que l’on trouvera un compromis sur un stimulus minimal, je doute qu’il soit à la hauteur de ce qui était attendu”, ajoute-t-il. Il qualifie, pour ces raisons, la réaction du marché de “myope”.

Car le temps presse, alors que la situation sanitaire empire à vitesse grand V outre-Atlantique, avec un record de près de 100.000 contaminations en 24 heures enregistré hier, ce qui ravive les incertitudes sur la reprise de la première économie mondiale. La force de la seconde vague de l’épidémie est telle qu’elle a contraint la Commission européenne à réviser sa prévision de croissance pour 2021 de 6,1% à 4,2% en Europe.

Cette situation met de nouveau sous pression la Réserve fédérale américaine, dont les annonces seront scrutées par les investisseurs (à partir de 20h). “Face à la propagation du Covid, la Fed pourrait, pourquoi pas et contre toute attente, décider d’agir ce soir lors de sa réunion à travers l’augmentation de ses achats d’actifs ou d’autres ajustements pour signaler au marché qu’elle prend le relais de la crise”, avance John Plassard. La Banque d’Angleterre a déjà pris les devants ave un renforcement de 150 milliards de livres de son programme de rachat d’actifs, pour le porter à 895 milliards, quand les analystes anticipaient une hausse de “seulement” 100 milliards.

Dans l’attente de la Fed, la Bourse de New York a encore ouvert en nette hausse jeudi, soulagée de constater l’absence de vague bleue. À 18h20, le Dow grimpe de 1,5%, le S&P de 1,7% et le Nasdaq de 2,2%. L’indice élargi semble ainsi bien parti pour boucler une quatrième séance consécutive avec un gain supérieur à 1%, ce qui ne lui est plus arrivé depuis octobre 1982.

Société Générale revient dans le vert, le luxe recherché

Alors que les opérateurs sont confrontés à une actualité dense, les publications trimestrielles se poursuivent sur le marché parisien, et restent (globalement) au-dessus des attentes des analsytes. Après BNP mardi puis Crédit Agricole mercredi, Société Générale (+3,7%) a ainsi agréablement surpris les analystes en renouant nettement avec les bénéfices entre juillet et septembre, notamment grâce à ses activités de marché et à sa gestion rigoureuse des coûts. Alstom a enregistré la meilleure performance des 40 valeurs phares parisienne, en hausse de 4,2% après la désignation du groupe (en tête d’un consortium) pour la construction du premier tronçon d’une nouvelle ligne de métro à Athènes.

La performance à fin septembre du spécialiste des infrastructures électriques du bâtiment Legrand, qui a retrouvé au 3e trimestre le niveau d’activité d’il y a un an après avoir souffert au 2e trimestre, et amélioré son free cash-flow sur l’ensemble des neuf premiers mois, a permis au titre de grappiller 1,6%.

Au contraire, ceux d’Arkema ont entraîné une correction de 2,6%, le groupe de chimie de spécialités ayant vu son bénéfice net fondre de 34% au trimestre écoulé, sur un chiffre d’affaires toujours en recul entre juillet et septembre (-9%). CGG a perdu plus de 8% à l’annonce d’un recul de son résultat opérationnel et d’une nouvelle perte nette pour le trimestre écoulé.

Les actions des géants luxe ont été plus particulièrement recherchée par les investisseurs, profitant de leur statut refuge et de l’annonce récente par la Chine d’une ouverture accrue aux biens d’importation. LVMH est ainsi revenu à proximité de son sommet annuel touché en février avec une hausse de 3,6%, quand Kering a gagné 2,1% et Hermès 1,4%.

La perspective d’une présidence Biden est en revanche jugée défavorable pour les tarifs pétroliers, et les cours des références mondiales de brut refluent. Le baril de Brent cède 0,99% à 40,82 dollars, quand celui de WTI lâche 1,3% à 38,64 dollars.

Enfin, sur le Forex, la monnaie unique reprenait de la hauteur face au billet vert (+0,78% à 1,1814 dollar).

Guillaume Bayre – ©2020 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article