Les taux immobilier restent exceptionnellement bas

Mots-clefs : , , ,

« Nous sommes toujours dans une situation exceptionnelle ». Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com, explique qu’en avril les taux moyens se situent à 1,45% sur 15 ans, 1,65% sur 20 ans et 1,85% sur 25 ans. Ce qui confirme le courtier Vousfinancer qui précise que la tendance en avril est stable, voire en légère baisse. « Une dizaine de banques, dont certaines nationales, ont baissé leurs taux de 0,05 % à 0,20 % en fonction des durées ou des profils », précise Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer.

« Cette baisse des taux se répercute évidemment sur la capacité d’emprunt des ménages qui n’a jamais été aussi élevée depuis 10 ans », affirme Maël Bernier. Vousfinancer note qu’en 10 ans, les taux de crédit immobilier ont été divisés par trois quand les prix n’ont, eux, presque pas évolué. Cela entraîne « une hausse de la capacité d’emprunt de plus de 50 000 € pour une même mensualité de 1000 € par mois sur 20 ans, et une baisse du coût du crédit de près de 80 000 € en 10 ans, pour 200 000 € empruntés ».

Pas de hausse avant l’été

Cette stabilité n’est une réelle surprise. En effet, le printemps est traditionnellement une période où les banques se livrent une forte concurrence. Cette année, elles n’ont pas rempli leur quota au 1er trimestre, la demande étant en légère berne. « Ces décotes se traduisent par des dossiers financés avec des taux plus bas, voir beaucoup plus bas que ce qui est annoncé dans les barèmes. Il est assez courant en effet de voir des financements se faire avec des taux sous la barre des 1,50% sur 20 ans et autour de 1,25% sur 15 ans et cela sans apport et avec des revenus tout à fait dans la moyenne nationale, ni plus, ni moins », remarque Maël Bernier.

Et pour les longues et très longues durées, entre 30 et 35 ans? « Soyons très clairs si les prêts sur 25 ans sont monnaie courante dans l’ensemble des grilles bancaires depuis le début de l’année 2017, les prêts sur 30 et 35 ans font eux encore figure d’exception », précise Maël Bernier.

Aucun des deux courtiers n’entrevoie de remontée des taux avant l’été. Meilleurtaux affirme même que tous les derniers barèmes reçus sont plutôt orientés à la baisse.

Votre argent RSS – economie

Partager cet article