CAC 40 : Le marché parisien limite son rebond à 0,36% en clôture

Mots-clefs : , , , ,

(BFM Bourse) – Après avoir repris près de 1,3% à la mi-journée, l’indice phare du marché parisien boucle finalement la séance de lundi sur un gain plus modeste (+0,36%), dans l’attente d’en savoir plus sur le plan de relance américain.

Au sortir de son premier repli hebdomadaire (-1,81%) au cours des six dernière semaines, le CAC 40 a démarré du bon pied la dernière “vraie” semaine boursière (la prochaine sera écourtée pour Noël et la suivante pour le Nouvel an) d’une année 2020 pour le moins mouvementée sur les marchés. Rassuré par des signaux encourageants sur trois des grands dossiers qui occupent l’esprit des investisseurs depuis de longs mois (années), l’échantillon principal de la cote parisienne a néanmoins limité son avance (+0,37%) en clôture, à 5.527,84 points, alors qu’il prenait 1% une heure encore avant la fermeture des échanges.

Les protagonistes de l’interminable dossier du Brexit ont une nouvelle fois décidé… de ne rien décider, mais entendent poursuivre les négociations en considérant que tant qu’il reste une petite chance d’accord cela vaut la peine d’essayer de la saisir. Ce nouveau report des discussions rassure les investisseurs en ce qu’il éloigne le risque d’un “no deal” à la fin de la période de transition, le 31 décembre, considéré comme le pire des scénarios.

Outre-Atlantique, le texte prévoyant un plan de soutien à l’économie de 908 milliards de dollars devrait être soumis ce lundi au Congrès par un comité bipartisan, un fractionnement de ce plan en deux volets permettant a priori de le faire passer plus facilement.

Les premières campagnes de vaccination commencent

Enfin, sur le front de la pandémie, la campagne de vaccination contre le COVID-19 a commencé en début de journée aux Etats-Unis, où des hôpitaux ont commencé à administrer des premières doses du vaccin développé par l’alliance Pfizer et BioNTech, moins de 72 heures après le feu vert de la Food and Drug Administration (FDA). Ce déploiement du vaccin “reste le moteur le plus important pour les marchés”, explique Rupert Thompson, directeur des investissements de Kingswood. Cela entretient en effet l’espoir que l’envolée du nombre de contaminations pourrait être contenu dans les prochains mois afin de mettre fin aux restrictions aux activités sociales et économiques qui pèsent sur l’activité. Cette nouvelle l’a en tout cas emporté ce lundi aux yeux des investisseurs sur les nouvelles mesures de confinement décidées dans plusieurs pays européens, Allemagne et Royaume-Uni en tête.

Le lancement officiel de la campagne de vaccination a été applaudi par Wall Street, où les trois principaux indices ont ouvert en nette hausse (de +0,7% pour le Dow à +0,9% pour le Nasdaq). Peu après 18h, ils évoluent encore dans le vert mais le Dow et le S&P 500 ont réduit leur avance, respectivement à +0,1% et +0,3%, quand l’indice technologique accroît ses gains (+1,1%), alors que Bruxelles s’apprête à présenter, mardi, une nouvelle directive qui vise à obliger les GAFAM de notifier au préalable leurs acquisitions à la Commission européenne. Victime d’une panne géante dans la matinée, Google (Alphabet) ne cédait que 0,3%.

Le compartiment bancaire recherché à Paris

Réaction classique en Bourse de Paris, les secteurs de la banque (+2,4% pour BNP Paribas, +1,9% pour Société Générale et +1,8% pour Crédit Agricole) ont fortement rebondi et signé les meilleures performances de la séance. Le secteur automobile s’est lui aussi (repris +1,9% pour Renault, +1,6% pour Peugeot), tandis que LVMH (+1,8%) a atteint un nouveau plafond historique.

Hors de l’indice phare, des titres comme celui de la chaîne de magasins d’ameublement Maisons du Monde (+4,6%), du laboratoire vétérinaire Virbac (+5,7%) ou du spécialiste des camping-cars Trigano (+4,8%) étaient aussi particulièrement recherchés.

La perspective du rachat de Prisma Médias, ex-Prisma Presse (Capital, Closer, Geo, Femme actuelle…) a marginalement profité à Vivendi (+0,4%).

Les biotechs en forme

Emmené par Biophytis, qui a encore décollé de 26%, le secteur biotech –globalement très en forme cette année– a placé plusieurs représentants dans le haut du palmarès avec 6,8% pour Voluntis ou encore 3,9% pour Poxel à l’occasion d’une conférence investisseurs dédiée à son projet dans la NASH.

Le titre Solutions 30 est resté suspendu de cotations, alors que le groupe envisage une plainte devant le parquet national financier (PNF). De son côté Angelo Zito, intermédiaire mis en cause par Muddy Waters, a reconnu dans un entretien à Zone Bourse avoir purgé 6 mois de prison et avoir été condamné avec sursis à 18 mois pour association avec la mafia, mais non pour blanchiment d’argent, et assuré que l’entreprise était au courant de sa situation au moment où elle avait fait appel à ses services pour l’établissement au Luxembourg de son siège social.

Parmi les plus petites valeurs, Eurplasma s’est offert un rebond spectaculaire (+43%) après… la validation par la justice de son schéma de désendettement. Atari a également bondi de 21% en clôture.

Le Brent repasse dans le rouge

Après être repassé au-dessus des 50 dollars en réaction à une explosion d’origine indéterminée ayant touché un pétrolier au large de la ville saoudienne de Jeddah, le baril de Brent revenait en territoire négatif en fin d’après-midi, alors que l’Opep a (encore) revu à la baisse ses perspectives de demande mondiale pour 2021 dans son dernier rapport mensuel. Peu avant 18h20, le baril de Brent cédait ainsi 0,40% à 49,77 dollars, quand celui de WTI refluait de 0,41% à 46,37 dollars.

La monnaie unique bénéficiait aussi d’un regain d’appétit pour le risque, s’adjugeant 0,36% à 1,2154 dollar.

Quentin Soubranne – ©2020 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article