CAC 40 : Pénalisé par un secteur du luxe en repli, le CAC 40 reste mal orienté

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Dans un marché rendu prudent par la dégradation possible des perspectives de reprise économique à cause de la propagation du variant Delta, l’indice vedette évolue encore dans le rouge, après avoir démarré la semaine par deux séances de baisses.

Un début de semaine résolument négatif pour le marché parisien qui souffle après 4 progressions hebdomadaires consécutives, en raison d’une multiplication d’éléments incitant les investisseurs à limiter les prises de risques. Les craintes autour d’un ralentissement de la vive reprise économique (notamment constatée dans les comptes semestriels) matérialisées par des indicateurs décevants en Chine lundi puis aux Etats-Unis mercredi -et encore alimentées par la propagation incontrôlée du variant Delta en Chine et dans certains Etats américains (Floride, Louisiane, etc.), pèsent sur le moral des opérateurs. À 12h, le CAC 40 affiche ainsi un nouveau repli de 0,36% à 6.795 points, dans un volume d’échanges encore restreint à 520 millions d’euros.

“Jusqu’à présent, la semaine n’a pas été formidable pour les marchés européens quand bien même les pertes ont été modérées comparé aux gains de ce mois-ci”, relativise Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Outre le regain de vigueur pandémique, la situation politique en Afghanistan, le nouveau tour de vis de Pékin sur le secteur technologique chinois et les interrogations quant à la réduction progressive du soutien monétaire de la Fed alimentent également la prudence. “Tous les yeux sont bien évidemment braqués aujourd’hui vers les “minutes” de la Fed qui pourraient apporter aux investisseurs les dernières informations monétaires nécessaires avant le symposium de Jackson Hole” rappelle John Plassard, directeur des investissements chez Mirabaud. Pour rappel, les grands argentiers de la planète se réuniront fin août dans le Wyoming pour leur grand-messe annuelle, de laquelle pourrait ressortir des annonces importantes en matière de politique monétaire.

Le luxe plombe le CAC

Si le palmarès de l’échantillon principal révèle presque autant de hausses que de baisses à la mi-séance, le CAC 40 est tiré vers le bas par le compartiment du luxe, qui souffre des craintes vis-à-vis de la reprise économique chinoise, ainsi que de prises de bénéfices après avoir toutes touché un pic historique lors des dernières semaines. Vers 12h10, Kering lâche 1,9%, LVMH et Hermès cèdent 1,1% et l’Oréal limite son recul à -0,5%. Ces 4 groupes jouissent d’une pondération combinée dans l’indice de près de 25% au sein de l’indice phare, après la dernière révision d’Euronext fin juin dernier. De l’autre côté, Veolia prend 1,3% et Teleperformance avance de 0,8%.

Novacyt et Navya recherchés

Sur le reste de la cote, deux valeurs se détachent ce mercredi à la mi-séance. Après un parcours boursier exceptionnel en 2020, puis des lendemains difficiles, le champion franco-britannique des tests Covid Novacyt redécolle de 13% vers 12h20, après avoir fait état d’un bond de 50% de ses revenus sur les six premiers mois de l’exercice 2021, à plus de 100 millions d’euros.

Le spécialiste des systèmes de conduite à destination des véhicules autonomes Navya prend de son côté 15% -lui aussi après un parcours tortueux en ce début d’année- après l’annonce, par son partenaire sud-coréen APAM, de la conversion de 4 ornanes (obligations remboursables en numéraire et en actions nouvelles et existantes) en près d’1,5 millions d’actions nouvelles revendues dans la foulée à d’autres sociétés à un prix supérieur à 3 euros – ce qui correspond à une prime de plus de 60% payée par l’acquéreur par rapport au cours actuel.

Au chapitre énergétique, les cours pétroliers mettent un terme à quatre séances consécutives de baisse, les investisseurs ayant été rassurés par la baisse des stocks de brut aux Etats-Unis lors de la semaine écoulée qui constitue un signal positif pour la demande. Le baril de Brent reprend 0,7% à 69,8 dollars et celui de WTI gagne 0,5% à 66,5 dollars. Du côté du Forex, la monnaie unique stoppe aussi l’hémorragie après son net reflux des deux derniers jours (+0,05% à 1,1717 dollar).

quatre séances consécutives de baisse, les investisseurs se rassurant avec des stocks de brut aux Etats-Unis en baisse, un signal positif pour la vigueur de la demande.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article