Groupe Danone : La Bourse a du mal à interpréter la perte de pouvoir d'Emmanuel Faber chez Groupe Danone

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Sous pression de fonds réclamant des changements au sein de la gouvernance, le géant français de l’agroalimentaire a annoncé lundi que son conseil d’administration avait décidé de scinder les fonctions de président et de directeur général, processus au terme duquel l’actuel PDG restera président.

Emmanuel Faber n’aura pas résisté longtemps à la fronde menée par deux fonds activistes, Bluebell Capital et Artisan Partners, montés au capital du groupe depuis mi-janvier pour suggérer de scinder les fonctions de président et directeur général tout en écartant l’actuel patron, accusé d’avoir échoué à atteindre la plupart des objectifs opérationnels qu’il s’était fixés.

Deux semaines après s’être dit “serein” quant à son avenir à la tête du groupe, à l’occasion de la présentation des résultats annuels, Emmanuel Faber n’est donc plus PDG du groupe. Danone a en effet annoncé que son conseil d’administration avait voté lundi soir pour dissocier les fonctions de président et directeur général qu’occupaient l’homme fort du groupe depuis 2017. L’information a été annoncée par communiqué de presse plus de trois heures et demie après le début de la réunion. Emmanuel Faber conserve sa fonction de président du conseil d’administration et sera désormais chargé des orientations stratégiques.

La dissociation “sera effective à la prise de fonction d’un(e) directeur/rice général(e) dont le processus de sélection est lancé” précise Danone, qui ajoute que “dans l’intervalle, Emmanuel Faber continuera, avec la confiance et le soutien unanime du conseil, d’exercer les fonctions de PDG”. Le groupe a également fait savoir lundi que son conseil d’administration avait décidé de nommer Gilles Schnepp en tant que vice-président, comme réclamé quelques jours auparavant par Bluebell.

Des investisseurs hésitants

Selon une source au fait des discussions qui s’est confiée à Reuters, la recherche d’un nouveau directeur général pourrait intervenir rapidement et jusqu’à huit noms de candidats potentiels circulent déjà au sein du conseil d’administration. “Ce n’est pas quelque chose pour 2022”, avance-t-il, sous-entendant que la nomination surviendra bien avant.

Commentant cette annonce, Emmanuel Faber se dit “vraiment très heureux que nous ayons pris les dispositions de gouvernance permettant déjà d’anticiper la phase suivante du développement de cette entreprise unique qu’est Danone” et “remercie tous les actionnaires, collègues du conseil, salariés et partenaires sociaux qui ont contribué à faire émerger ces décisions”. “Je suis persuadé que nous pourrons en tirer une puissance décuplée de mise en œuvre de notre projet (le plan Local First dévoilé en novembre, qui prévoit la suppression d’environ 1.500 à 2.000 postes, un milliard d’euros d’économies et “la mise en œuvre d’une organisation locale”, NDLR) et de notre mission” conclut-il.

Le marché ne sait visiblement pas comment réagir à cette annonce puisqu’après avoir ouvert dans le rouge, puis être repassé dans le vert jusqu’à gagner plus de 1% vers 9h15, le titre a rechuté en territoire négatif (-0,7% à 56,82 euros vers 10h30). Il affiche toujours un gain de plus de 7% depuis le 1er janvier, signe que le marché partageait l’avis des fonds activistes sur les changements nécessaires à la tête du groupe.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DANONE en temps réel :


Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article