CAC 40 : Dans l’attente de nouvelles annonces de Trump sur le commerce, le CAC poursuit sur sa lancée

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Nouveau plus haut en clôture depuis juillet 2007 pour le baromètre parisien qui franchit à la hausse le seuil des 5.900 points à la faveur d’un gain de 0,44% mardi, les investisseurs faisant toujours preuve d’optimisme vis-à-vis du dossier commercial sino-américain.

La Bourse de Paris poursuit son inexorable marche en avant. Au lendemain d’une séance terne bouclée proche de l’équilibre (+0,07%) pour l’Armistice, le CAC 40 s’est hissée au-dessus du seuil des 5.900 points mardi dès l’ouverture (+0,18%) avant de consolider ces gains matinaux pour afficher une progression de 0,33% à la mi-journée et de finalement boucler sur une avance de 0,44% à 5.919,75 points. Il s’agit d’un nouveau plus haut en clôture depuis le 23 juillet 2007 pour le CAC, qui prend désormais plus de 9% depuis début octobre. “Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse ce matin malgré les interrogations concernant le niveau historique des marchés et des relations commerciales entre Washington et Pékin” anticipaient ainsi les experts de Mirabaud Securities dans leur note matinale.

Le volume d’échanges modéré de 3 milliards d’euros témoigne néanmoins de l’attentisme des opérateurs alors que Donald Trump doit prendre la parole à l’Economic Club of New York en fin d’après-midi. “La tendance [du jour] a été alimentée par les rumeurs selon lesquelles le président américain pourrait décider de repousser de 6 mois les taxes sur les automobiles européennes” ajoutaient les experts de Mirabaud. À noter que le mercredi 13 novembre constitue la date limite à laquelle l’administration américaine doit décider si elle va ou non augmenter ces droits de douane.

Dans le même temps, sur le principal front commercial, Pékin avait affirmé jeudi s’être mis d’accord avec Washington pour une levée “par étapes” de leurs droits de douane mutuels, “au fur et à mesure de la progression vers un accord” final, mais Donald Trump a douché l’optimisme des marchés, vendredi soir et samedi, en déclarant n’avoir “donné son accord à rien”.

Regain de tensions à Hong Kong

D’un autre côté, au lendemain d’une des journées les plus violentes en cinq mois de mobilisation, des affrontements entre les manifestants pro-démocratie et la police ont de nouveau éclaté mardi à Hong Kong dans le quartier des affaires de la mégapole et sur différents campus universitaires. Les investisseurs s’inquiètent de ces tensions croissantes dans l’ex-colonie britannique, “craignant notamment qu’elles puissent déstabiliser les discussions commerciales”, ont noté les analystes du courtier Aurel BGC dans leur note matinale.

Du côté des indicateurs, la croissance économique française devrait atteindre 0,2% au quatrième trimestre, soit un niveau légèrement inférieur au rythme de 0,3% par trimestre observé depuis le début de l’année, selon une première estimation dévoilée mardi par la Banque de France. Outre-Rhin, le moral des investisseurs allemands est fortement remonté en novembre, au-delà des attentes, accompagnant les récents signes de réchauffement dans les relations commerciales sino-américaines, selon le baromètre publié mardi par l’institut ZEW.

Wall Street sur ses gardes mais encore en légère hausse

Également dans l’attente du discours du locataire de la Maison Blanche, les principaux indices américains évoluent sans tendance claire au lendemain de nouveaux plus hauts historiques. À la mi-journée (heure de New York), le Dow grappille 0,1% tandis que le S&P avance de 0,3% et le Nasdaq de 0,4%.

Iliad s’envole

Sur le front des valeurs, la maison-mère de l’opérateur télécoms Free se détache nettement mardi (+20,2%, meilleure performance de l’ensemble de la cote parisienne). Le titre Iliad est à la fois porté par une progression du chiffre d’affaires du groupe au troisième trimestre (+8,1% à 1,34 milliard d’euros) et par l’annonce du lancement d’une offre publique de rachat d’actions (OPRA), pour un montant total de 1,4 milliard d’euros.

Dans l’autre sens, Renault a chuté à son plus bas depuis avril 2013 au cours de la matinée, en réaction à l’avertissement de Nissan sur son chiffre d’affaires et son bénéfice annuels, avant d’effacer ses pertes et de revenir proche de l’équilibre à la mi-journée. Le titre du constructeur au losange termine tout de même la séance sur un repli de plus de 1%, plus forte chute de l’indice vedette du marché parisien. À l’inverse, Peugeot avance encore (+1,2%).

Toujours au sein du CAC, Kering et Crédit Agricole (+2,5%) signent les plus fortes progressions du jour, alors que STMicro (+2,1%) a profité de la publication trimestrielle convaincante d’Infineon, fabricant allemand de semi-conducteurs.

Air France – KLM grappille 0,1% malgré un nombre de passagers transportés en légère baisse en octobre (-0,1% à 9,2 millions).

Portés par la perspective que Donald Trump fasse des annonces positives sur le commerce avec Pékin, les cours des barils d’or noir étaient repartis à la hausse mardi matin, avant de se retourner dans l’après-midi . À 18h15, le baril de Brent lâche 0,2% à 62,06 dollars quand celui de WTI affiche un recul marginal de 0,05% à 56,83 dollars.

Au même moment, la monnaie unique recule encore face au billet vert (-0,13%) à 1,1017 dollar.

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article