CAC 40 : L'année 2019 commence mal à la Bourse de Paris

Mots-clefs : , , , ,

(BFM Bourse) – L’indice CAC 40 a clôturé en repli mercredi, en limitant toutefois son recul à -0,87% contre -2,6% en matinée. Le rebond du pétrole en fin de séance a notamment permis à Total de se retourner à la hausse.

La volatilité n’a pas laissé de répit au marché parisien en cette première séance de 2019, des chiffres d’activité préoccupants vis-à-vis de l’économie chinoise apportant un nouveau prétexte à alléger les positions. Le CAC 40 a fini à 4689,39 points, en baisse de 0,87%. Un repli toutefois atténué par rapport à la déroute observée en matinée, puisque l’indice avait plongé en séance jusqu’à -2,63% retombant tout près de la barre de 4600 points. Des fluctuations qu’il convient de relativiser en considérant le volume d’échanges encore réduit post-nouvel an : 2,5 milliards d’euros ont changé de mains sur la journée.

L’enquête mensuelle Caixin/Markit auprès des directeurs d’achats a révélé ce matin une contraction de l’activité manufacturière chinoise en décembre, la première en 19 mois, illustrant ainsi les risques qui se posent à la deuxième économie du monde face au conflit commercial avec Washington. Telle était la teneur du principal rendez-vous macro-économique du jour, ce qui n’a évidemment rien fait pour améliorer l’humeur des intervenants, après un score négatif de près de 11% pour l’exercice 2018.

Total en tête

Seules cinq valeurs de l’indice phare tricolore sont parvenues à se maintenir à flot, à savoir Atos (+0,4%), Airbus (+0,25%), EssilorLuxottica (+0,2%) et Engie (+0,1%), tandis que le brusque rebond du pétrole a permis à Total de finir en tête du palmarès (+1%).

L’annonce d’un recul des exportations de l’Arabie Saoudite, révélé par Bloomberg, est en effet venu crédibiliser la volonté du principal producteur de l’Opep d’observer scrupuleusement l’accord de baisse de production. Par ailleurs, afin d’inciter chacun à tenir ses engagements, le cartel devrait à nouveau publier les quotas alloués pays par pays, dans le cadre de l’accord conclu en décembre afin de réduire de 1,2 million de barils par jour la production globale du cartel et de ses alliés non officiellement membres. En fin de journée, le baril de WTI reprenait ainsi 3,8% à 47,17 dollars et le Brent 3,53% à 55,73 dollars.

Inversement le secteur automobile a été de nouveau pénalisé (avec -3,9% pour Valeo, -3% pour Renault et -2,8% pour Peugeot) après l’annonce d’un nouveau coup de mou du marché français en décembre. Le luxe (-2,1% pour Kering et -1,9% pour LVMH) et le secteur bancaire ont également souffert. Crédit Agricole a perdu 1,2%, Société Générale 1,4% et BNP Paribas 1%.

Sur le marché des changes, l’euro a reculé de près de 1% à 1,1354 dollar, alors que la monnaie unique fêtait ses vingt ans d’existence.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article