CAC 40 : Porté par LVMH Moet Vuitton, le CAC rebondit vivement et conclut la semaine quasi-stable

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Après avoir lâché du lest jeudi (-2,11%), le CAC 40 a rebondi de 2,03% vendredi, bien aidé par le dynamisme des ventes de Louis Vuitton au troisième trimestre, ainsi que par de nouveaux espoirs d’avancées sur le front d’un vaccin. Sur la semaine, l’indice limite son recul à 0,22%.

Quand LVMH va tout va. C’est, en creux, le message envoyé par le marché parisien vendredi, le CAC 40 bouclant la séance sur un gain de 2,03% à 4.935,86 points, qui lui permet d’effacer les pertes de la veille et de n’accuser qu’un recul très limité en rythme hebdomadaire (-0,22%). En cette séance particulière des “trois sorcières” où de nombreux contrats à terme ont expiré simultanément, le volume de transactions s’est étoffé par rapport aux séances précédentes, à près de 4 milliards d’euros.

L’Europe, entre autres régions du monde, est plus que jamais confrontée à une crise sanitaire majeure. La décision actant les conditions de la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union est encore repoussée (cette histoire va finir par dépasser l’interminable finale du jeu de cache-cache des Monty Pythons). Et l’efficacité des outils budgétaires et monétaires employés jusqu’à présent semble s’émousser. Mais la demande du marché chinois pour les sacs à main monogrammés LV (Louis Vuitton) surprend favorablement et permet au CAC de finir la semaine en trombe.

En forçant un peu le trait, tel pourrait être le bulletin de situation pour le marché parisien vendredi, même si celui-ci a également pu compter sur de nouveaux espoirs sur le front d’un vaccin ou le rebond des ventes au détail outre-Atlantique, deux éléments ayant entraîné une ouverture dans le vert à Wall Street.

Orientés à la baisse en début de journée, les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais sont passés dans le vert après que le groupe pharmaceutique américain Pfizer a jugé possible le dépôt en novembre d’une demande d’homologation d’urgence de son vaccin expérimental, développé avec l’allemand BioNTech. Ce à quoi est donc venu s’ajouter une hausse des ventes au détail, qui ont grimpé de 1,9% en septembre selon les données du département du Commerce alors que les analystes misaient sur un progrès bien plus modéré de 0,6%. À 17h40, les principaux indices new-yorkais gagnent entre 0,2% (Nasdaq) et 0,8% (Dow) après trois séances de pertes.

LVMH entraîne le luxe dans son sillage

Au vu de son poids au sein de l’indice phare (10,17%, soit la première pondération devant Sanofi à 8,87%), la performance du titre LVMH (+7,3%) a grandement contribué à celle du CAC vendredi. Porté par sa division phare Mode & Maroquinerie, le géant du luxe a (encore une fois) agréablement surpris le marché avec son point d’activité publié jeudi après Bourse, et terminé la séance à 1,4% de son record historique touché le 17 janvier dernier. Dans son sillage, Kering et Hermès se sont respectivement adjugé 4% et 2,3%.

Renault rassure avec 2 nouveaux modèles

L’automobile évoluait pour une fois dans le même sens, avec des gain de 5,5% pour Peugeot, et de 5,2% pour Renault avec la présentation de sa future Mégane électrique, fer de lance de la stratégie de reconquête de Luca de Meo. Le secteur profitait bien sûr également de l’annonce d’un retour à la croissance du marché automobile européen en septembre, et des publications meilleures qu’attendu de Volvo et Daimler.

Parmi les rares valeurs en baisse au sein de l’indice vedette, Unibail-Rodamco-Westfield a limité son recul à 0,1% en clôture, reprenant finalement 22% sur la semaine, notamment sur fond d’arrivée de Xavier Niel au capital. Les autres foncières cotées ont subi des replis bien plus importants (-7,3% pour Covivio, -6,9% pour Klépierre, -4,3% pour Mercialys, -4,2% pour Gecina).

La santé animale se porte bien

Au lendemain de la publication du chiffre d’affaires de Virbac, c’est Vetoquinol qui est venu confirmer la (très) bonne tenue du marché de la santé animale. Le groupe de Lure a vu son cours grimper de 5,4%, à un nouveau sommet depuis son introduction en 2006.

Spécialiste du diagnostic in vitro, Eurobio a bondi de 5,6% avec des ventes qui ont plus que doublé au premier semestre et un bénéfice qui explose de 849% à 16,789 millions d’euros sur la période. Le groupe originaire des Ullis “anticipe une nouvelle croissance exceptionnelle de son chiffre d’affaires et de ses résultats au 2e semestre 2020”.

Dans le secteur méconnu de la distribution spécialisées, d’autres valeureuses midcap se sont distinguées à la faveur de solides performances trimestrielles, à l’image du spécialiste des équipements et accessoires pour les entreprises et les collectivités Manutan (+5,4%) et du spécialiste des articles pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire Thermador (+6,6%).

Toujours pénalisés par la crainte de voir la deuxième vague de la pandémie peser sur la demande, les cours des principales références mondiales de pétrole brut évoluaient encore dans le rouge, le baril de Brent se repliant de 0,44% à 42,97 dollars vers 18h, quand celui de WTI cède 0,32% à 40,83 dollars.

Sur le Forex, la parité eurodollar est quasiment inchangée à 1,1716 dollar (+0,05%).

Quentin Soubranne – ©2020 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article