CAC 40 : Le marché parisien reprend son souffle

Mots-clefs : , , ,

(BFM Bourse) – Alimentée par les espoirs de stimulus budgétaire et d’amélioration de la situation sanitaire, la dynamique haussière se tarit au sein d’un marché parisien proche de l’équilibre à la mi-journée mardi.

Après avoir repris 5,3% au cours des six dernières séances, et ouvert de nouveau en hausse mardi dans le sillage des nouveaux records historiques de Wall Street, le CAC 40 marque une pause à la mi-journée. En l’absence de nouveaux éléments concernant l’avancée des négociations sur le plan de relance au Congrès américain et alors que le rythme des publications annuelles ralentit, le calme revient et la prudence est de nouveau de mise, comme en témoigne un volume de transactions en net repli à moins de 800 millions d’euros vers 12h30. Sans nouveau catalyseur, le rebond s’essouffle et le CAC affiche un léger repli de 0,07% à 5.683,39 points.

“Les récentes publications économiques décevantes aux Etats-Unis, notamment sur l’emploi ou la consommation, conduisent les investisseurs à anticiper un stimulus important de la part du gouvernement américain. Cela permet également d’anticiper une poursuite des injections massives de la part de la Réserve fédérale” -perçues comme le moteur de la “reflation” tant attendue par les investisseurs- souligne Vincent Boy, analyste marché chez IG France. Si ce proverbial “bad news is good news” alimente la hausse des marchés américains, “l’humeur positive de Wall Street peine à se diffuser pleinement aux indices européens” souligne David Madden, analyste de CMC Markets.

Parmi les éléments d’inquiétude, l’accalmie des derniers jours sur le front sanitaire semble toujours fragile, alors que des études estiment que le variant découvert au Royaume-Uni se propage désormais rapidement à travers les Etats-Unis, et que des questions se posent sur l’efficacité du vaccin mis au point par AstraZeneca contre le variant sud-africain.

Total maintient son dividende et résiste malgré une perte record

Sur le front des valeurs, le géant pétrolier tricolore grappille 1% à 12h50 en dépit de l’annonce mardi d’une perte nette record de 7,2 milliards de dollars en 2020, contre un bénéfice de 11,2 milliards en 2019. Total a par ailleurs créé la surprise en faisant part de son intention de changer de nom pour TotalEnergies afin de mieux refléter sa transition amorcée vers la neutralité carbone. Le palmarès de l’indice phare est à ce stade dominé par URW, qui rebondit enfin (+2,5%), suivi d’Essilor (+1,6%) et LVMH (+1,3%) qui évolue à un nouveau sommet historique. De l’autre côté, Renault (-2,5%), Saint Gobain (-1,9%) et Publicis (-1,6%) rétrocèdent une partie de leurs gains récents.

Au sein du SBF, Natixis a annoncé mardi avoir demandé à Euronext Paris la suspension de son cours de Bourse dans l’attente de la publication d’un communiqué qui pourrait être lié à un projet de rachat des parts minoritaires par sa maison-mère BPCE.

Les cours pétroliers refluent légèrement après avoir retrouvé leur niveau pré-pandémie, le baril de Brent cédant 0,25% à 50,66 dollars quand celui de WTI se négocie à 57,17 dollars, en repli de 0,17% par rapport à la veille. La parité eurodollar franchit de nouveau le seuil des 1,21 dollar, à la faveur d’une vive appréciation de la monnaie unique (+0,46% à 1,2106 dollar).

Le bitcoin flambe a pour sa part flambé de près de 20% à près de 48.000 dollars lundi après que Tesla a annoncé avoir investi 1,5 milliard de dollars dans la cryptomonnaie, qui évolue toujours à près de 47.000 dollars mardi à la mi-journée.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article