Groupe Danone : Pourquoi le fonds activiste Bluebell demande le départ du patron de Groupe Danone

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Fondé par l’ancien patron de Bulgari, Francesco Trapani, aux côtés de plusieurs financiers aguerris, le fonds activiste suggère non seulement de séparer la fonction de président de celle de directeur général, mais d’écarter complètement Emmanuel Faber. Considérant que Danone a échoué à atteindre la plupart de ses objectifs opérationnels, Bluebell juge que la relance des ventes passe par une nouvelle direction.

Encore peu connu en France, faute d’avoir visé jusqu’ici des entreprises tricolores, Bluebell Capital Partners s’est pour la première fois invité fin 2020 au capital de Danone, révèle lundi un article de Challenges. Et le fonds d’investissement activiste souhaite obtenir le départ d’Emmanuel Faber, jugeant qu’une nouvelle équipe s’impose pour relancer la machine (et implicitement le cours de Bourse).

Selon les informations de Challenges, le fonds créé à l’initiative de Francesco Trapani (patron emblématique de Bulgari, revendu 4,3 milliards d’euros à LVMH en 2011), et qui compte notamment parmi ses gérants Nicolas Ceron (ex-Norges Bank), a acquis des titres du groupe agroalimentaire français fin 2020. Le montant de son investissement n’est pas précisé, l’absence de déclaration de franchissement de seuil à l’Autorité des marchés financiers (AMF) implique dans tous les cas qu’il ne dépasse pas 5% du capital.

Une comparaison avec Nestlé qui fait mal

Dans la foulée, Bluebell a adressé au conseil d’administration de Danone -comprenant seize membres, dont le président Emmanuel Faber- une lettre en forme de réquisitoire, selon Challenges qui s’est procuré le document. “Sous l’action de M. Faber, le groupe n’a pas géré au mieux le bon équilibre entre le retour de valeur pour les actionnaires et le développement durable”, indique ce document cité par Challenges. Le fonds fait valoir que des concurrents tels que Nestlé et Unilever font preuve également d’engagements louables en la matière, tout en dégageant de bien meilleures performances économiques.

En Bourse, Danone a perdu 27,25% l’an dernier, quand Nestlé a fini stable (voire en hausse hors appréciation du franc suisse) et Unilever en repli limité de 3,25%. Et selon notre dernier palmarès BFM Bourse, Danone affiche un rendement annuel moyen (dividendes inclus) au cours des cinq dernières années (2016-2020) de seulement 0,23%, l’une des pires performances du CAC 40.

La lettre de Bluebell accuse Danone d’avoir “raté la plupart de ses objectifs opérationnels présentés lors de la Journée des investisseurs à Evian le 18 mai 2017”, l’acquisition de l’américain WhiteWave en 2016 pour 12,5 milliards de dollars en particulier ayant selon le fonds échoué à répondre à ses promesses initiales, soit des économies de 225 millions de dollars, une accélération de 0,5 à 1 point de pourcentage du taux de croissance du groupe et un retour sur investissement au bout de trois années.

Tâtonnements au niveau de la gouvernance

Pointant en outre les tâtonnements au niveau de la gouvernance, avec le départ récent du patron de la branche produits laitiers et de la directrice générale en charge des finances Cécile Cabanis (cette dernière étant, pour autant, nommée vice-présidente du conseil d’administration), le fonds estime qu’il convient de confier à un directeur général la mission exclusive de restaurer la croissance des ventes du groupe, sans qu’il soit distrait par la tâche de président du conseil d’administration, et donc de dissocier ces deux fonctions. Et au passage, de les confier à d’autres qu’Emmanuel Faber.

Si Bluebell n’a pas officiellement communiqué au sujet de Danone, le fonds affiche déjà sur son site la liste de ses “campagnes”, à l’image des marques de victoire peintes sur la carlingue des avions de chasse. Parmi ces campagnes figurent Vestas, Mediobanca, Lufthansa ou GAM… ainsi que Hugo Boss, lequel a cédé l’an dernier à la pression en remplaçant son ancien patron Mark Langer par Daniel Grieder (ex-Tommy Hilfiger).

En Bourse, l’annonce de l’ouverture des hostilités de Bluebell à l’égard de la direction actuelle de Danone entraînait un bond de 1,72% du titre à 54,54 euros vers 16h15.

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur DANONE en temps réel :


Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article