CAC 40 : La Bourse de Paris en légère hausse malgré un pétrole qui s'effondre

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Dans des volumes encore très faibles, le CAC 40 finit la semaine sur une légère hausse de 0,18% à 4.946,95 points. Si la Bourse de Paris s’est une nouvelle fois montrée timide avant les sommets politiques à venir (Brexit et G20), le marché pétrolier poursuit son krach.

La Bourse de Paris n’affiche qu’une hausse symbolique de 0,18% à 4.946,95 points sur cette dernière séance de la semaine. Sans surprise, les investisseurs ont évité les positionnements trop tranchés avant deux sommets politiques et économiques cruciaux, celui sur le Brexit ce week-end et celui du G20 la semaine prochaine. De plus, peu d’opérateurs américains ont pris le chemin des salles de marché aujourd’hui, Wall Street n’ouvrant que pour une demi-séance (la matinée) au lendemain de Thanksgiving et au cœur d’un week-end de quatre jours traditionnellement consacré aux retrouvailles en famille outre-Atlantique.

Sans avancée majeure sur le plan politique que ce soit en Europe, entre l’Italie et les instances européennes, ou aux Etats-Unis vis-à-vis de la Chine et de ses autres partenaires commerciaux, la tendance n’a pas de motif de s’inverser pour le marché d’actions parisien, en passe de signer une performance hebdomadaire nettement négative pour la cinquième fois sur les six dernières semaines.

Les valeurs pétrolières et para-pétrolières emportées par l’effondrement des cours de l’or noir

Total et TechnipFMC figurent toutes deux dans le top 3 des plus fortes chutes du jour sur le CAC, cédant respectivement 3,10% et 2,79% sous la pression d’un pétrole qui s’enfonce chaque jour un peu plus. Alors que le baril de WTI lâchait 4,87% à 51,22 dollars vers 17h45, celui de Brent européen abandonnait 5,85% à 58,86 dollars, son plus faible niveau depuis plus d’un an. CGG (-5,07%) et Schlumberger (-1,92%) ont également subi l’effondrement des cours de l’or noir.

Au rayon des baisses, le titre Parrot s’écroule de plus de 54,86% à un nouveau plus bas historique, dans un volume d’échanges considérable (8,6% du tour de table), étant donné la chute du marché des drones de loisir. Le groupe ayant cédé à Faurecia son activité historique d’équipements connectés pour l’automobile, ses perspectives dépendent aujourd’hui d’un seul marché en forte contraction. L’annonce d’une augmentation de capital à 9 euros par action nouvelle plombe par ailleurs le cours de Lumibird, en recul de 6,38%.

Plusieurs valeurs se détachent néanmoins du palmarès vendredi, avec notamment une envolée de 12,11% d’Eramet, à la suite d’un avis positif de Bank of America-Merrill Lynch qui cite notamment une hausse attendue de la demande de manganèse après l’introduction de nouvelles normes pour la fabrication d’acier de construction en Chine. Du côté de l’automobile, Renault a abandonné une partie de ses gains dans l’après-midi mais termine tout de même en hausse de 2,28%, la plupart des analystes soulignant qu’en tout état de cause après l’arrestation de Carlos Ghosn, les scénarios probables sur l’évolution de l’Alliance avec Nissan ne pourront que confirmer la sous-valorisation de Renault. Safran (+2,25%) et Saint-Gobain (+2,01%) complètent le podium des plus fortes progressions du CAC 40.

Lesté par le pétrole, Wall Street ouvre en baisse

Alors que les courtiers ont déserté la place new-yorkaise, Wall Street a démarré la séance post-Thanksgiving en baisse, plombé par les cours du pétrole en chute libre. À 18h, le Dow Jones reculait de 0,60% à 24.317,16 points tandis que l’indice élargi, le S&P 500, abandonnait lui 0,54% à 2.635, 76 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, limitait ses pertes à 0,3% malgré un nouveau net repli d’Apple (-2,55%).

Enfin, sur le marché des changes, la monnaie unique cédait 0,63% face au billet vert, à 1,1335 dollar vers 18h15.

Quentin Soubranne – ©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article