Le démarrage foudroyant d'Apex Legends face à Fortnite remet Electronic Arts en selle

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le cours de l’éditeur de jeux vidéo américain subit des montagnes russes cette semaine. Sanctionné de plus de 13% mercredi après des ventes trimestrielles nettement inférieures aux objectifs, le titre a rebondi de près de 5% jeudi et accélère de 8% vendredi, grâce au succès que les investisseurs n’attendaient plus : celui d’Apex Legends.

Après avoir douloureusement déçu les investisseurs plus tôt cette semaine, Electronic Arts a fait le pari de prendre le marché par surprise – et l’éditeur californien semble en passe de réussir ce challenge.

Mercredi, le développeur et producteur de jeux vidéo qui détient, entre autres, les droits de licences sportives comme celles de la FIFA et de la NBA a annoncé qu’il avait échoué à atteindre ses objectifs de ventes trimestrielles, n’affichant qu’une hausse de 11% à 1,29 milliard de dollars pour le trimestre clos fin décembre (déterminant en raison de la période des fêtes). Le titre Electronics Arts avait alors connu sa pire séance depuis plus de dix ans sur le Nasdaq, terminant en 13,31% à 80,21 dollars. En cause, l’échec patent du cinquième opus de sa franchise Battlefield, d’une part face à l’autre jeu de tir à la première personne du moment Red Dead Redemption II de Take-Two, et dans un registre voisin face à l’engouement pour les jeux en ligne d’accès gratuits de type “battle royale” incarnés par le célèbre Fortnite (une genre de mêlée générale où une centaine de joueurs s’affrontent jusqu’au dernier, et réalisent des achats seulement pour personnaliser et équiper leur personnage).

Au lendemain de cette débâcle, le titre Electronic Arts a cependant amorcé un rebond grâce aux premières indications relatives à Apex Legends, lancé de façon non anticipée par sa filiale Respawn Entertainement mardi. Le studio a en effet convaincu sa maison mère qu’il était temps de repenser totalement le lancement des jeux à gros budget. Plutôt que d’essayer de faire monter l’attention de la presse spécialisée et des joueurs, Respawn n’a présenté le jeu, une version émancipée de son univers Titanfall, qu’une semaine auparavant. L’objectif est pourtant d’atteindre une masse critique de joueurs, qui sera nécessaire à rentabiliser le jeu via les achats en ligne puisqu’il représente la première incursion d’un grand studio dans le genre battle royale à accès gratuit (Fortnite et Overwatch sont issus d’indépendants). Or, les chiffres des trois premiers jours de commercialisation parlent d’eux-mêmes : en 72 heures, plus de 10 millions de joueurs ont téléchargé le titre, a annoncé le patron de Respawn. Il avait fallu à la référence Fortinte pas moins de deux mois pour atteindre ce cap. En outre, Apex Legends est actuellement le jeu le plus populaire sur Twitch, avec trois fois plus de spectateurs que son concurrent.

Dans Apex Legends, vingt équipes de trois joueurs s’opposent jusqu’à la victoire finale. Huit personnages sont jouables, et chacun a un pouvoir différent. Le jeu se différencie également par son côté moins “cartoon” et son aspect plus coopératif.

D’où le rebond du titre Electronics Arts qui reprend 10,37% à 92,82 dollars vendredi après une première heure d’échanges, prouvant qu’il avait été bien inspiré de reprendre Respawn en 2017. Reste toutefois à Apex de démontrer qu’il peut poursuivre sa conquête et capitaliser durablement sur une base de joueurs fidèles pour convaincre définitivement les investisseurs.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article