Newmont Mining rachète Goldcorp pour former le plus gros producteur mondial d'or

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

Un nouveau mastodonte arrive sur le marché de l'or

(BFM Bourse) – Quelques mois après le lancement d’une offre de rachat amicale du canadien Barrick Gold sur Randgold Ressources pour 18,3 milliards de dollars, le marché aurifère poursuit sa consolidation avec l’annonce, par Newport Mining, du rachat de Goldcorp via une transaction en actions évaluée à 10 milliards de dollars.

Les grandes manœuvres se poursuivent chez les producteurs d’or. Le groupe minier américain basé au Colorado Newmont Mining Corporation a annoncé lundi avoir obtenu un accord définitif en vue d’acquérir son concurrent canadien Goldcorp via une transaction en actions évaluée à 10 milliards de dollars. Cette dernière doit donner naissance au « numéro un mondial de l’or, avec les meilleurs actifs, les meilleures perspectives et les meilleures opportunités de création de valeur » selon Gary Goldberg, patron de Newmont.

Selon les termes de l’accord exposé dans un communiqué commun, Newmont offre 0,328 de ses propres actions (et deux cents en numéraire) pour chaque titre Goldcorp. Les actionnaires de Newmont posséderont 65% du capital de la nouvelle structure, baptisée Newmont Goldcorp, et ceux de Goldcorp détiendront les 35% restants. L’entité nouvellement formée entend par ailleurs offrir le dividende « le plus élevé parmi les producteurs d’or » à ses actionnaires, à 0,56 dollar par action.

6 à 7 millions d’onces d’or par an

En 2017, Newmont et Goldcorp ont respectivement produit 5,3 et 2,6 millions d’onces d’or, soit 7,9 millions d’onces d’or à deux, ce qui représente 224 tonnes du métal précieux. En fusionnant, les deux groupes visent une production « stable et rentable, comprise entre 6 et 7 millions d’onces par an pour les décennies à venir » indique le communiqué. Un chiffre comparable aux 6,64 millions d’onces (environ 188 tonnes) par an que veut extraire le mastodonte né de la fusion, fin septembre dernier, entre Barrick Gold et Randgold Resources.

« Notre stratégie a fait ses preuves et nous avons un plan rigoureux pour tirer pleinement parti de cette association. Nous espérons que cette synergie nous permettra de générer jusqu’à 100 millions de dollars d’économies annuelles avant impôts », a ajouté Gary Goldberg. David Garofalo, président de Goldcorp, se réjouit également de cette alliance : « En plus de la profondeur et de la qualité de nos opérations, de nos projets, de l’exploration et de nos réserves, les actifs de la nouvelle entreprise seront situés dans les juridictions minières les plus favorables du monde ». L’ensemble sera particulièrement présent sur le continent américain ainsi qu’en Australie et au Ghana.

Goldcorp bondit et Newmont dévisse en Bourse

Les deux groupes ne sont pas logées à la même enseigne, lundi matin, à Wall Street. Alors que le numéro un mondial du marché aurifère, Newmont Mining Corporation, voit son titre reculer de 7% vers 16h45, Goldcorp voit le sien bondir de près de 10%. La capitalisation boursière des deux groupes, respectivement valorisés plus de 17 et plus de 9 milliards de dollars, dépassera après-fusion (26,5 milliards de dollars) celle de son concurrent né de la fusion entre Barrick Gold et Randgold Resources (21,8 milliards de dollars).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article