Quand Macron surfe sur effet Trump, innovation et protection de l’environnement

Mots-clefs : , , , , , , ,

Le protectionnisme de Trump, une aubaine au final ? C’est presque ce que pourrait nous laisser penser Emmanuel Macron, le candidat à la Présidentielle profitant de  la politique menée par le nouveau locataire de la Maison Blanche pour tenter d’attirer à lui – et sur le territoire français –  entreprises et cerveaux refoulés par les Etats-Unis.

Lors d’une réunion publique rassemblant près de 15.000 personnes à Lyon, l’ancien ministre de l’Economie a ainsi invité les entreprises innovantes et les chercheurs américains en butte à l’administration de Donald Trump à venir en France … s’il était élu à la présidence de la République en mai prochain. Leur promettant à la fois protection pour les individus et liberté pour la création et l’innovation.

« A ce titre, je veux ce soir lancer un appel solennel à tous les chercheurs, à tous les universitaires, à toutes les entreprises qui, aux Etats-Unis, se battent contre l’obscurantisme » s’est-il exclamé. Ajoutant : « que toutes celles et tous ceux qui font aujourd’hui l’innovation, l’excellence aux Etats-Unis nous entendent et nous voient ».

« Vous avez aujourd’hui, et vous l’aurez à partir du mois de mai prochain, une terre patrie, ce sera la France » a-t-il même déclaré …. un brin grandiloquent.

Son discours s’est voulu plus particulièrement destiné aux entreprises, chercheurs et universitaires américains qui luttent contre le réchauffement climatique et la pollution, travaillant notamment sur les énergies renouvelables ou les perturbateurs endocriniens.

Il est vrai qu’avec l’ancien PDG d’Exxon Mobil comme nouveau chef de la diplomatie, les Etats-Unis sont loin d’afficher une ferme volonté pour lutter contre réchauffement climatique … pétrole et gaz de schiste reprenant même du poil de la bête à la « faveur » de l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Quant aux entreprises US innovantes et chercheurs, la politique du nouveau président américain sur les restrictions d’entrée sur le territoire américain les aura plus que refroidi, des géants de la Silicon Valley, tels que Microsoft, Facebook, Google redoutant même de voir de bien précieuses recrues refoulées à la frontière.

Rappelons qu’en septembre 2015, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie avait annoncé à Tel-Aviv la tenue à Paris en 2016 d’un grand festival international de l’innovation, secteur prioritaire selon lui pour la croissance française. Précisons qu’Israël est devenu ces dernières années le deuxième pôle d’innovation au monde derrière la Silicon Valley américaine. Il avait indiqué à cette occasion, que la France avait « 15 années de retard » dans ce secteur, ajoutant qu’elle devait « rattraper la situation au plus vite ».

A noter enfin que les propos d’Emmanuel Macron interviennent alors que Corinne Lepage, la Présidente de Cap21/Le Rassemblement citoyen, a rallié fin janvier la candidature à la présidentielle d’Emmanuel Macron … ce dernier étant jusqu’alors peu connu pour son intérêt en faveur de l’écologie et ses positions en matière de protection de l’environnement, lui qui défend le diesel et le nucléaire.

Depuis, l’ancienne ministre a assuré qu’elle allait « faire évoluer les positions d’Emmanuel Macron » sur l’environnement. « Je peux le convaincre d’évoluer, et ça a commencé. Il ne s’est pas encore prononcé sur les questions environnementales, ça viendra dans les prochains jours ou semaines. La question des particules fines, des perturbateurs endocriniens, d’une agriculture saine… ce sont mes combats et je n’ai pas l’intention de les abandonner » avait-elle déclaré sur BFM.tv.

Corinne Lepage avait indiqué à cette occasion n’avoir aucun doute sur la prise en compte par Macron des questions environnementales. « On ne peut pas être le candidat de la modernité et ne pas faire de la transition écologique un axe majeur de sa campagne. Si je peux servir à quelque chose dans cette campagne c’est à ça ».

Sources : BFM.tv, Reuters

Elisabeth Studer – 4 février 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Sonny Perdue, un pro-OGM, financé par Monsanto, ministre de l’agriculture de Trump ?

Le PDG d’Exxon Mobil devrait être nommé chef de la diplomatie US par Trump

Trump veut suspendre les visas des Irakiens … alors que GE signe un important contrat en Irak

Le diesel au coeur de la politique industrielle française selon Macron

Le Blog Finance

Partager cet article