« Pas grand-monde ne sait de quoi il parle quand il s’agit d’inflation », estime Christophe Donay

Mots-clefs : , , , , ,

Quel affront ! Quel camouflet ! Pour la deuxième fois après une récession, les Etats-Unis ont été devancés par la Chine dans la phase de reprise économique. « Cela démontre la bonne capacité de Pékin à gérer les cycles », souligne Christophe Donay, responsable de la stratégie et de l’allocation d’actifs chez Pictet Wealth Management. La Chine retrouve la trajectoire qu’elle avait quittée avant la crise ». Il faudra attendre encore un peu aux Etats-Unis, probablement au deuxième trimestre 2022. Quid de la zone euro ? « C’est le mauvais élève, tranche le spécialiste. Le Vieux Continent ne retrouvera pas sa trajectoire pré-pandémique. »

Distinguo

Evidemment, la maison de gestion suisse ne pouvait pas tenir une conférence de presse sans que la thématique de l’inflation ne soit abordée. « Pas grand-monde ne sait de quoi il parle quand il s’agit d’inflation », lance d’emblée Christophe Donay. Selon lui, il est indispensable de faire le distinguo entre inflation cyclique et celle dite structurelle. Quatre éléments entrent dans la composition de la première, allant de la désorganisation de la chaîne d’approvisionnement à la hausse des prix des matières premières, en passant par un excès de demande, lié aux mesures de soutien budgétaire des gouvernements. « Quatrième composante, l’indice des prix à la production demeure très élevé, a ajouté Julien Holtz, stratégiste marchés émergents chez Pictet WM. Les prix en sortie d’usines sont élevés et se maintiendront sur un plateau quelques mois avant de refluer. Surtout, ils se transmettent et se diffusent via les prix à l’export. » Selon les prévisions de Pictet WM, l’inflation cyclique devrait atteindre un pic cet été ou à l’automne, avant de se stabiliser puis de reculer à partir du deuxième trimestre 2022.

« Big Government »

Qu’est-ce qui permettrait à cette inflation cyclique de devenir structurelle ? « La passerelle se ferait via les salaires, mais nous ne l’observons pas pour l’instant », souligne Pictet AM. Structurelle, l’inflation le deviendra sous l’impulsion de plusieurs éléments, dont un changement du modèle économique dans les pays émergents, une nouvelle vague d’innovations (la crise de la Covid-19 a été un accélérateur en la matière) et la reprise en main de l’économie par les gouvernements. Le « Big government », en bon français, est le fait pour un gouvernement de s’intéresser davantage aux externalités, comme le changement climatique, et de tenter de les réguler. « De gratuites, ces externalités, qui vont être internalisées, auront un coût via, par exemple, une politique fiscale », détaille le stratégiste. L’évolution démographique de la Chine pourrait avoir un effet inflationniste sur la supply chain. 

Partager cet article